Familles et institutions : cultures, identités et imaginaires

  "Familles et institutions : cultures, identités et imaginaires" a été ajouté au panier !

Voir mon panier
Menu :




Les intervenants du champ médico-social voient de nombreux migrants et enfants de migrants parmi les populations dont ils s’occupent. De ce constat souvent abusivement amplifié, la question culturelle surgit, et avec elle, la tentation d’y répondre comme à un phénomène sociologiquement limité et concernant les seules « minorités visibles ». Pourtant, cette question n’est-elle pas toujours engagée dans les relations entre l’institution, incarnée par les professionnels, et les usagers, bénéficiaires, clients… qui restent, quel qu'en soit l'état civil, « d’étranges étrangers », c'est-à-dire des personnes humaines ?

Les auteurs de cet ouvrage, dans un paradoxe apparent, contribuent à élargir l’horizon de la question de la culture, tout en la portant au plus intime de chacun. Forts d'expériences multiples et diverses, en particulier sur d'autres continents, ils ouvrent des pistes concrètes et donnent des repères pour outiller les acteurs et renforcer leurs postures, afin de désamorcer les crises ou de les prévenir. Faisant dialoguer positivement identité et altérité dans les pratiques quotidiennes aussi bien éducatives que sanitaires ou judiciaires, ils tentent de poser les jalons d'une nouvelle pratique du social qui serait respectueuse du pluriel. Au final, l’exigence éthique paraît seule en mesure de fonder une approche des phénomènes culturels débarrassée du naturalisme ethnologique, comme de conférer une efficacité véritable à des initiatives qui, sans elle, ne sauraient relever que d’une technicisation du social.


Stéphane Tessier, médecin de santé publique, a suivi un parcours en trois temps : médecin en Afrique australe, puis dans l’aide humanitaire, ensuite intervenant chercheur et formateur en santé de la mère et de l’enfant, enfants des rues au Centre international de l’enfance (CIE), enfin éducateur pour la santé en Ile-de-France (CRESIF) dans des milieux très divers. Auteur et directeur de plusieurs ouvrages, dont L’enfant des rues (L’Harmattan, 2005), Santé publique, santé communautaire (Maloine, 2004), il a toujours cherché à croiser les regards et les disciplines dans une perspective d’anthropologie appliquée aux questions d’éducation et de santé.


Cet ouvrage a été constitué à partir des travaux du DERPAD (Dispositif public au service des professionnels de l’enfance et de l’adolescence en difficulté) et de ceux de l’association REGARDS (Repenser et gérer l’altérité afin de refonder la démocratie et les solidarités) créée à partir du laboratoire d’anthropologie juridique de Paris 1, et du CRESIF (comité régional d’éducation pour la santé d’Ile-de-France).




Mise en vente le 02 avril 2009


A propos de l'auteur

Détails
Parution : 2 avril 2009
EAN : 9782749210490
13.5x21, 318 pages
Pratiques du champ social
Thème : Société
Résumé

Les intervenants du champ médico-social auprès des enfants et des adolescents en difficulté savent que les enfants de migrants constituent une part importante de la population concernée. De cette réalité, générant parfois incompréhension et sentiment d’impuissance, la question culturelle surgit, mais aussi la tentation d’y répondre comme à un phénomène sociologiquement limité et concernant les seuls migrants. Les auteurs de cet ouvrage, dans un paradoxe apparent, contribuent à élargir l’horizon de cette question, mais aussi à la porter au plus intime de chacun. Ils ouvrent des pistes concrètes et des repères pour outiller ces acteurs, désamorcer les crises et renforcer les postures, faisant dialoguer positivement identité et altérité dans les pratiques quotidiennes aussi bien éducatives, que sanitaires ou judiciaires. L’exigence éthique seule paraît en mesure de fonder une approche des phénomènes culturels débarrassée du naturalisme ethnologique, comme de conférer une efficacité véritable à des initiatives qui sans elle ne sauraient relever que d’une technicisation du social.

Cet ouvrage a été constitué à partir des travaux du DERPAD (Dispositif public au service des professionnels de l’enfance et de l’adolescence en difficulté) et de ceux de l’association REGARDS (Repenser et gérer l’altérité afin de refonder la démocratie et les solidarités).

Stéphane Tessier est médecin de santé publique.

© Éditions érès 2017 - Mentions légales

Réalisé par Glukose