Ces enfants qui ne jouent pas le jeu

  "Ces enfants qui ne jouent pas le jeu" a été ajouté au panier !

Voir mon panier
Ajouter au panier


Revue Savoirs et clinique
S'abonner

Menu : Sommaire   

Attendu, désiré, redouté, ou parfois pire, ignoré et frappé d’indifférence, l’enfant naît dans la dépendance la plus totale de ceux qui en ont la charge. Il n’en sortira que tard. S’opposant au mythe du nourrisson replié sur lui-même, Lacan décrit le petit enfant plutôt comme un sujet ouvert au monde, reconnaissant dès ses premiers jours les traits de sa mère. C’est seulement à partir de l’acquisition du langage, vécue comme une intrusion, que certains enfants s’isolent et se retirent dans leur coquille. L’autisme avec son refus radical de la communication n’est pas toujours facile à repérer et c’est pourquoi maint diagnostic vient trop tard. Mais il y a aussi ces enfants qui ne veulent pas s’intégrer dans leur famille, à leurs semblables ou dans leur classe, ceux qui ne jouent pas le jeu de la société, y compris les enfants déscolarisés qui restent chez eux pour ne jouer qu’avec leur ordinateur. On pense aussi aux enfants trop timides pour affronter l’autre, aux jeunes agresseurs, et aux petits misanthropes, sans oublier ceux qui pâtissent d’une souffrance qu’ils gardent pour eux. Au lieu de dénoncer leurs tendances asociales, la psychanalyse reconnaît en ces enfants les conflits inarticulés qui les opposent au groupe humain, leurs questions, restées sans réponses, sur les désirs qui les ont mis au monde ainsi que leur potentiel créatif que le travail analytique devra faire éclore.

Illustration : Pirate, still video, 8.25 min loop, color, sound 2006/07 © Annika Larsson

Détails
Parution : 12 novembre 2009
EAN : 9782749211510
Savoirs et clinique
2/2009
Thème : Psychanalyse
© Éditions érès 2017 - Mentions légales

Réalisé par Glukose