Militantisme en psychiatrie

  "Militantisme en psychiatrie" a été ajouté au panier !

Voir mon panier
Ajouter au panier


Revue sud/nord - folies et cultures
S'abonner

L'évolution de la psychiatrie, le progrès dans l'accueil des malades et dans le soutien qui leur est apporté sont historiquement indissociables d'un certain engagement éthique et politique des soignants en psychiatrie, d'une certaine valeur accordée à la dignité humaine et d'un combat contre ce qui dévalorise l'homme."
Jacques Hochmann

Les maladies mentales, plus que toute autre maladie humaine, sont sources de stigmatisation, de rejet social, de mépris, de mauvais traitements et de peur. Et ce d'autant plus que, dans la grande majorité des cas, on ignore encore aujourd'hui l'origine exacte de ces troubles, ce qui laisse livre cours à toutes les théories explicatives, y compris les plus hasardeuses.

Dans une société où la démocratie recule et où la subjectivité de chacun est réduite au statut d’entrepreneur de soi-même en compétition avec les autres, la psychiatrie se réduit-elle « au service du nouvel ordre économique » ? Le militantisme n’a pas disparu. Il anime en particulier les associations de patients et, parfois de manière très offensive, des associations de familles, ainsi que tous ceux, confrontés à la précarité qui se préoccupent, dans une perspective de santé mentale, des nouvelles souffrances sociales engendrées par la crise économique, la paupérisation et la migration. Devant une organisation de la santé de plus en plus technocratique, la psychiatrie, si elle veut rester fidèle à sa mission, peut-elle faire autre chose alors que « nager à contre courant » ? Le militantisme serait donc consubstantiel à la psychiatrie. Il coexisterait avec la prise en compte également nécessaire des missions d’ordre social, le souci du confort de l’environnement et la protection contre la dangerosité. Militer en psychiatrie, c’est peut-être lutter contre la normalisation imposée et pour le maintien de positions paradoxales, pour la défense de la prise en compte de la subjectivité malade sans annuler les contraintes organiques et sociales qui pèsent sur cette subjectivité. Positions inconfortables s’il en est, mais qui a dit que le militantisme était une aire de repos ?

2013

Détails
Parution : 29 août 2013
EAN : 9782749238401
sud/nord - folies et cultures
Thème : Santé mentale

Revue de presse

2014, Pratiques en santé mentale, par Clément Bonnet


© Éditions érès 2017 - Mentions légales

Réalisé par Glukose