30
Journée Essaim : L'interprétation du psychanalyste
Paris - Entrée payante
30 nov. 2019

Journée d’étude de la revue essaim

Samedi 30 novembre 2019

L’interprétation du psychanalyste

Il n’y a, aujourd’hui, toujours pas de doctrine constituée de l’interprétation analytique, laquelle est toutefois au centre de la pratique et de la fonction du psychanalyste. Et ni Freud ni Lacan ne lui ont consacré un texte exclusif ou n’en ont fait un concept fondamental de la psychanalyse. Et pour cause, si l’on considère que l’interprétation provient de ce qu’il y a de plus opaque dans la parole du psychanalyste.

En outre, en posant que l’inconscient procède d’abord lui-même par interprétation, que le cœur du désir est de « prendre sens », soit d’être interprété, et que l’interprétation de l’analyste, intervenant en second par rapport à l’interprétation de l’inconscient, est nécessaire mais pas suffisante pour réveiller le sujet de la quête du sens qui soutient son rêve de transfert, Lacan a redistribué les données du problème de l’interprétation depuis Freud.

Suivant ces perspectives nouvelles, l’interprétation excède largement des considérations techniques et elle s’avère irréductible aux interprétations, néanmoins incontournables, de l’analysant et de l’analyste au cours de la cure. Si Lacan a pu avancer que l’interprétation est identique au désir et qu’en elle se manifeste le désir de l’analyste, l’interprétation se révèle par-là indissociable de la conception que l’on se fait de l’inconscient, du désir, voire du psychanalyste. Est-elle dès lors fondamentalement ce que Lacan désigne comme « un dire qui se dise sans qu’on sache qui le dit » ?

Dans quelle mesure l’interprétation de l’analyste est-elle homologue ou hétérogène à l’interprétation produite par l’inconscient à travers ses formations ? En quoi et jusqu’où l’interprétation de l’analyste renouvelle chaque fois l’acte par lequel il est devenu analyste ? Et comment les analystes se positionnent-ils désormais relativement à ces questions cruciales pour la psychanalyse, si du moins ils les prennent en compte ? Il s’agit également de savoir si d’autres disciplines philosophiques, littéraires, scientifiques ou artistiques apportent du nouveau à l’approche psychanalytique de l’interprétation et, inversement, comment ces disciplines bénéficient ou pas de cette approche.

9h30-12h et 14h-17h

Matin. Présidente de séance : Séverine Mathelin

9h30 Erik Porge : Introduction
10h-11h Frédéric Pellion : Péril en l’interprétation
11h-12h Dorothée Muraro : L’interprétation à l’école : un inter-dit

Après-midi. Présidente de séance : Edit Mac Clay

14h-15h Patrick Valas : Tout n’est pas calculable dans l’interprétation psychanalytique
15h-16h Serge Hureau et Olivier Hussenet : Dans l’intervalle entre l’œuvre et l’auditeur : l’interprète de la chanson
16h-17h Nicolas Guérin : L’interprétation résonnée

Apéritif

IPT, 83 bd Arago, 75014 Paris
40 euros. Tarif réduit : 20 euros
www.essaim.net

© éditions érès 2019 - Mentions légales

Réalisé par Glukose