02
CAFÉ PSY - « La fabrique des soignants », avec Blandine PONET et Laurent MORLHON
Toulouse à la librairie Ombres blanches
2 mars 2024

CAFÉ PSY  - Cycle 2023-2024 : L’HOSPITALITÉ, FONCTION PSYCHIQUE ET SOCIALE
le samedi 2 mars 2024 de 11H à 13H
à la Librairie Ombres Blanches - 3 rue de Mirepoix - Toulouse 31000

LA FABRIQUE DES SOIGNANTS

avec Blandine PONET et Laurent MORLHON

Coordination : Lin GRIMAUD

La fabrique des soignants ;
l'expression peut s’entendre à la fois comme “qu’est-ce qui constitue les soignants ?”  et,  “qu’est-ce que fabriquent les soignants ?”
Comment devient-on soignant ? comment apprend-on à soigner ?

Là où l'anglais sépare care  (prendre soin) et  cure (guérir), le français n'a qu'un seul mot : le soin. Aujourd'hui, on a tendance à réduire le mot “soin” à son aspect strictement médical et à le protocoliser dans des normes qui prescrivent les comportements et effacent toute la subjectivité soignante. C'est oublier que le soin ne peut exister sans prendre soin. Il suffit de se rappeler la découverte du psychiatre et psychanalyste René Spitz (américain, d'origine hongroise) concernant ce qu'il a appelé, après la seconde guerre mondiale, "hospitalisme" ou “dépression anaclitique”, autrement dit l'état profondément dépressif des enfants recevant des soins strictement hygiénistes, de manière anonyme, opératoire, entraînant une privation de liens affectifs.

Autrement dit, il faut "y être" ! C'est ainsi que le soignant, en habitant son propre rôle, se fatigue certes, mais aussi trouve et met du sens au travail qu'il accomplit.

Y être, c'est-à-dire revenir au soin et à son étendue qui va du soin hyper-médicalisé au prendre soin...

Soigner, prendre soin sur le versant psychique, c'est aussi héberger en soi la souffrance de l'autre et la relier à ses propres questions, ainsi l'isolement dans lequel la maladie a plongé le patient se dissout dans une commune humanité et lui rend un peu de lui-même.

Si la dynamique interne aux équipes, la démarche d’analyse propre à chaque professionnel, les supervisions, sont des aides précieuses pour soutenir la qualité de la présence au travail, il faut ajouter qu'en dernier lieu, ce sont toujours les patients qui provoquent en nous des rencontres avec nous-mêmes et nous ouvrent à l'étrangeté qui nous habite.

Ce Café psy nous invite à témoigner des rencontres et des événements qui ont été décisifs pour découvrir le sens de notre pratique en nous permettant de faire le lien entre nos formations initiales - d’infirmiers psy, éducateurs, psychologues, psychiatres, rééducateurs, assistant-social - et les réalités du terrain.

© éditions érès 2024 - Mentions légales - CGV - RGPD

Réalisé par Glukose