Retour à la liste
20/04/2022
Roland Chemama

Le déni de Lydia

Outre son succès populaire, la saison 1 d’En thérapie avait réussi à retenir l’intérêt des psychanalystes. Est-ce que ce sera aussi le cas de la saison 2 ? Ce n’est pas certain : malgré une excellente distribution, on pourrait regretter son caractère plus mélodramatique. De plus, scénaristes et réalisateurs ont adopté cette fois-ci un style peut-être plus pédagogique, nécessité sans doute par la complexité des nouvelles questions abordées.

Mais c’est alors précisément à ces questions, proprement psychanalytiques, que l’on s’attache au fil des séances. Le spectateur y suivra ainsi le thème de la culpabilité inconsciente, présent chez la plupart des patients, mais également chez le psychanalyste lui-même. Ceux qui sont concernés par cette culpabilité ne peuvent échapper à son retour, dans une répétition sans échappatoire. On verra qu’aucune intervention directe, visant par exemple à nier l’objectivité de ce qu’ils perçoivent, ne saurait les en préserver. Cela donne une idée de la difficulté de notre pratique.

Un autre thème est plus intéressant encore. C’est celui du déni de la réalité, qui intervient chez différents patients, mais principalement chez la jeune Lydia, atteinte d’un cancer. Elle sait que si elle ne se soigne pas elle mourra, mais en même temps elle ne croit pas vraiment à ce qu’elle sait. Il y a à cet égard, dans son premier entretien avec le psychanalyste, une séquence mémorable, où il reprend une anecdote concernant la double révolution de l’escalier du château de Chambord, où l’on peut se voir, mais jamais se croiser.

Or il est particulièrement intéressant que ce thème du déni prenne une place importante dans la série, parce que les patients actuels, du fait de la mutation des discours sociaux, sont plus dans le déni que dans le refoulement. Ainsi cette seconde saison pourrait-elle constituer une introduction, assez pertinente, à la clinique contemporaine.

Voir tous les ouvrages de Roland Chemama


photo de Roland CHEMAMA

Roland Chemama est psychanalyste à Paris, il a été président de l’Association lacanienne internationale et de la Fondation européenne pour la psychanalyse.


Commentaires (0)

Vous devez vous connecter pour poster un message !