"Le confinement positif" - Découvrez le Billet de Patrick Ben Soussan


  Patrick Ben Soussan est pédopsychiatre à Marseille.
  Auteur de nombreux ouvrages sur la petite enfance,
  la parentalité, les livres et la culture,
  il est également directeur de trois collections : 1001BB,
   1001 et + et L'ailleurs du corps,
   ainsi que de deux revues Spirale et Cancer(s) & psy(s).
   Il s'interroge ici sur le concept de parentalité positive
   mis à l'épreuve pendant cette période de confinement.

 

Lire le billet et l'édito du prochain numéro de Spirale

En savoir plus sur le livre

 

Alors, avons-nous été des parents merveilleux pendant ce confinement ? Avons-nous vécu un confinement positif, comme d’autres parlent de parentalité positive, bienveillante, respectueuse ou va savoir quoi encore ? Avons-nous vécu une formidable expérience, exaltante, épanouissante ? Ou avons-nous eu envie de passer bébé par la fenêtre, avec la baignoire, l’eau du bain, le savon et tutti ? L’idée nous a-t-elle traversés de briser notre confinement (avec l’attestation de déplacement dérogatoire en poche s’entend, la case « Déplacements pour motif familial impérieux » cochée) pour aller déposer la petite ou le petit, au matin d’une épouvantable nuit, à l’ASE du coin (Zut, les dispensaires de PMI étaient fermés) ?

Non ! Quelle idée ! Quelle monstrueuse idée ! Les mômes n’ont pu nous rendre dingues, nous n’avons jamais été limite « pétage de plombs » ! Ne les a-t-on pas laissés s’ébrouer un peu sur le parking de notre résidence ou le balcon de notre cité, quand on atteignait la limite supérieure de saturation ?

Enfin bref, vous l’avez vécu, comme moi, ce confinement. Le pays et le monde sont passés à l’arrêt total et nos vies ont été comme pétrifiées pour une durée indéterminée. Le confinement est devenu comme une grande glaciation. Mais vous en avez profité pour passer du Faire à l’Être comme disent les coachs en développement perso, vous avez suivi les bons conseils de Madame Filliozat, vous avez « changé de perspective » et vous avez décidé « d’utiliser ces circonstances extra ordinaires pour VOUS SENTIR VIVRE et ÊTRE ENSEMBLE. Nous allons continuer de faire la vaisselle, préparer le repas, et même jouer parfois à un jeu vidéo, mais pas avec la même dynamique intérieure. Pas dans le but de « s’occuper », de « faire passer le temps », mais avec l’objectif de tisser du lien et de grandir.[1] » Tous les parents positifs avaient pleins d’idées et de conseils pour nous aider et tous, comme Cécile Rubenthaler, psychologue-clinicienne, dans Parents, nous persuadaient que « cette période de repli sur soi peut-être une opportunité pour toute la famille. Celle de recréer ou de créer un lien avec ses enfants, de leur apprendre des choses qu’ils ne font pas à l’école ou à la crèche. De se nourrir mutuellement ! [2]»

Grandir et se nourrir mutuellement, rien que ça, voilà ce que nous aura permis ce confinement. Clairement, reconstruire une parentalité.  Clairement ?

 

© éditions érès 2020 - Mentions légales

Réalisé par Glukose