Hommage à Danielle Roulot


par Jean-Claude Polack

 

Danielle Roulot, née en 1943, s’est éteinte en 2019 à La Borde, où elle a vécu plus de cinquante ans. Son parcours de psychiatre et de psychanalyste commence dans les années soixante, au moment où elle découvre l’expérience d’une communauté thérapeutique fondée par Jean Oury et Felix Guattari. Quand elle arrive à Cour Cheverny elle a déjà des titres universitaires dans le domaine des sciences physiques, et un engagement politique dans le syndicalisme étudiant. Mais sa rencontre avec les modes de travail et de pensée de la psychothérapie institutionnelle l’amène à travailler comme « monitrice » à La Borde, à reprendre ses études, devenir psychiatre et commencer une analyse avec Guattari.

Son lien intime avec Oury l’a conduit à travailler les conceptions de Lacan et à s’intéresser particulièrement à l’approfondissement des notions logiques et philosophiques concernant le « discours », la langue et les « signifiants ». L’objet central de son travail est la schizophrénie, dont elle entreprend de définir et préciser la genèse, dans le prolongement de l’hypothèse lacanienne d’une « forclusion-du-nom-du-Père ».

Elle participe aux travaux de l’École freudienne de Paris de Lacan, mais entretient un échange théorique permanent avec Oury, dont elle aime préciser les hypothèses et compléter les intuitions.

Avec Schizophrénie et langage. « Que veut dire le mot chapeau » (érès, 2004), elle veut, avec humour et précision, définir les mécanismes linguistiques d’une parole « normale » et les défaillances où se logent les prémisses de la psychose. L ‘avec schizophrénique (Hermann, 2014) et Dialogues à la Borde (Hermann 2008) prolongent ses conversations « solognotes » avec Oury.

Son goût des sciences et de leur exactitude va la rapprocher de Pierre Delion et Michel Balat, sur l’arrière-fond des constructions théoriques de Peirce, et de Michel Lecarpentier, l’autre « héritier » fidèle de la pensée d’Oury.

Contrairement à tous ceux qui ont travaillé à La Borde, elle a toujours vécu, seule, dans la clinique. Sa présence s’est ainsi confondue avec le monde étrange qui l’entoure, dont elle a cherché à comprendre, inlassablement, les mystères.

 

Danielle Roulot a notamment publié aux éditions érès :
Schizophrénie et langage

Des Travaux et des Jours
© 2004
16x24 192 p. 23.50 € Sc

 

© éditions érès 2020 - Mentions légales

Réalisé par Glukose