Jean-Philippe Raynaud


par Jean-Philippe RAYNAUD,
le 1 janv. 2011

Jean-Philippe Raynaud est psychiatre et psychothérapeute pour enfants et adolescents. Il est le Chef du service universitaire de psychiatrie de l'enfant et de l'adolescent (SUPEA) et du secteur 31i01 au CHU de Toulouse. Egalement professeur de psychiatrie de l'enfant et de l'adolescent à la faculté de Médecine de Toulouse-Rangueil, université Paul-Sabatier, il préside le conseil scientifique de la Société française de psychiatrie de l'enfant et de l'adolescent et disciplines associées (SFPEADA). Il est aussi le vice-président de l'International association for child and adolescent psychiatry and allied professions (IACAPAP). Coéditeur des ouvrages de l'ICAPAP (Aranson Publisher, New York).

 

Marie-Françoise Dubois-Sacrispeyre : Jean-Philippe, tu es professeur de psychiatrie de l'enfant et de l'adolescent au CHU de Toulouse. Nous nous sommes rencontrés, il y a plusieurs années, autour de la revue Enfances & PSY alors que tu venais d'accepter de rejoindre le comité de direction composé de Jean-Louis Le Run, Patrice Huerre, Didier Lauru, Laurent Renard et Danièle Guilbert, qui a contribué en tant qu'éditrice à l'existence de cette publication. Tes responsabilités au niveau de l'hôpital, tes multiples activités sur le plan national et international t'ont conduit à te désengager de la revue tout en étant attentif, je le sais, à son développement. Aujourd'hui, nous nous retrouvons sur un projet éditorial différent : une collection centrée sur l'adolescence et les adolescents « La vie devant eux » dont les deux premiers titres paraissent en février.

E&P

Jean-Philippe Raynaud : Effectivement, j'ai été très impliqué pendant de longues années dans la revue Enfances & PSY, d'abord dans son comité de rédaction puis à la direction. Je garde de très bons souvenirs et des liens forts avec l'équipe de la revue, à laquelle je collabore toujours. Je conserve également une nostalgie particulière pour la période où j'ai travaillé avec Danièle Guilbert. C'est aussi grâce à la revue que j'ai fait la connaissance des éditions érès et au total c'est plus d'une douzaine de textes que j'ai écrits ou auxquels j'ai collaboré, pour Enfances & PSY, mais aussi pour Empan, « 1001 bb », des ouvrages collectifs... C'est donc tout naturellement, les liens se tissant au fil des rencontres et la proximité faisant le reste puisque je vis et exerce à Toulouse, berceau des éditions érès, que cette collection « La vie devant eux », à laquelle je tiens beaucoup, est née.

 

MFDS : Peux-tu nous dire quelle direction tu souhaites donner à cette collection ?

JPR : C'est la première fois qu'érès consacre une collection spécifiquement à l'adolescence. Pour moi, l'adolescence, c'est avant tout l'âge des changements, de la créativité et des possibles. Si la clinique, le soin et la psychopathologie vont occuper une place centrale dans cette collection, je la veux aussi largement ouverte sur d'autres champs, d'autres approches et d'autres disciplines. Je souhaite que les ouvrages de « La vie devant eux » soient utiles et accessibles pour les professionnels, les étudiants, mais aussi pour les parents. Nous solliciterons des auteurs reconnus, mais aussi des cliniciens, des praticiens, qui exercent au quotidien avec des jeunes, cherchent, inventent, qui ont accumulé une expérience et qui nous la feront partager.

 

MFDS : En quoi les deux premiers titres sont emblématiques de ce projet éditorial ?

MangasJPR : Ils illustrent parfaitement le projet. Leurs auteurs ont en commun un désir de transmettre, de partager leurs expériences et leurs élaborations théoriques. Et cela se sent dès les premières pages. J'ai vraiment envie que la clinique du quotidien soit notre axe de travail et de recherche principal. Autour de cet axe, nous nous autoriserons toutes les escapades, tous les détours, à la condition qu'ils viennent enrichir les approches, affiner les regards, apporter des éléments de réflexion originaux. Le premier livre de la collection, Ces adolescents qui évitent de penser : pour une théorie du soin avec médiation, est cosigné par deux grands cliniciens de l'adolescence, Nicole Catheline et Daniel Marcelli. Je suis très fier qu'ils participent ainsi au lancement de la collection. Non seulement ce sont des praticiens engagés sur le terrain, avec leurs équipes, auprès de jeunes et de parents en grande difficulté, mais depuis des années, ils innovent, inventent et élaborent, tant sur le plan clinique que théorique. Pour eux, « la question du soin est au coeur de l'adolescence » et ils apportent des illustrations cliniques et une réflexion théorique sur les médiations dans le soin. Cet ouvrage sera, j'en suis sûr, utile à la fois aux « psys » et aux infirmiers, éducateurs, rééducateurs, pédagogues, ergothérapeutes... Le numéro 2 de la collection est un livre de Joëlle Nouhet-Roseman : Les mangas pour jeunes filles, figures du sexuel à l'adolescence. Il s'établit, d'une certaine façon, une parenté avec le précédent : médiation, créativité, culture... C'est à la croisée des chemins entre psychanalyse et anthropologie que se nourrit cette réflexion, finement documentée, sur la construction de la féminité à l'adolescence. Le manuscrit m'a littéralement embarqué dès la première lecture, tant par son originalité que par la qualité de l'écriture. Une vraie découverte pour moi, que j'ai beaucoup de plaisir à faire partager.

 

MFDS : Quelles sont tes pistes pour la suite ?Ados

JPR : J'ai plein d'envies, plein de projets « devant moi » : je suis un peu comme les adolescents, et heureusement que mon éditrice sait me conseiller et me tempérer parfois ! Nous partons pour un long voyage et nous allons prendre le temps de la découverte. D'autres auteurs confirmés, à l'instar de Nicole Catheline et Daniel Marcelli, viendront apporter leur contribution à la collection. J'ai également sollicité des auteurs dont je connais le travail, l'engagement sur le terrain, la pertinence de la réflexion : j'ai très envie de les aider - à travers « La vie devant eux » - à rassembler et transmettre leur expériences. Nous espérons aussi recevoir des propositions spontanées, riches de découvertes et de coups de coeur, comme l'a été l'ouvrage de Joëlle Nouhet-Roseman. Diriger une collection d'ouvrages, comme je l'expérimente depuis plusieurs années avec les « IACAPAP Book series » dont je suis coéditeur aux États-Unis, c'est une bien belle aventure humaine et professionnelle. Je remercie les éditions érès pour leur confiance.

À propos

Retrouvez chaque mois le texte de l'un de nos auteurs sur des sujets d'actualités

© Éditions érès 2018 - Mentions légales

Réalisé par Glukose