En-jeux de l'Autre

  "En-jeux de l'Autre " a été ajouté au panier !

Voir mon panier




La vie amoureuse est au cœur de la psychanalyse. Mais son approche, héritée de la philosophie, n'est pas dénuée de moralisme : elle accorde habituellement la première place au désir et au manque, ne laissant au plaisir que la portion congrue. Pourtant, la notion de « gain de plaisir » avait surgi sous la plume de Freud au temps de ses premières découvertes, associée au mécanisme du plaisir préliminaire. Il en avait même fait un principe, sous la domination duquel il avait également placé le jeu de l’enfant, le mot d’esprit, la création poétique, le théâtre…

L’auteur reprend, dans cet ouvrage, le fil théorique du « jeune Freud », auquel Lacan a fait écho avec son plus-de-jouir. Il remet la question du plaisir à l’ordre du jour, en relevant le défi que l’érotique de notre temps adresse à la psychanalyse. Il invite à une traversée, dont les étapes : le féminin, l’infantile, le mirage pervers, la spiritualité, l’étrangeté sexuelle… sont autant de lieux où s’effectue la confrontation du sujet à l’altérité de son désir. Ces itinéraires croisés entre plaisir et jouissance laissent apparaître les en-jeux de l’Autre.

Michel Constantopoulos est psychanalyste à Strasbourg.



Mise en vente le 19 mars 2009


A propos de l'auteur

Michel Constantopoulos est psychanalyste à Strasbourg. Il a été vice-président de la Bibliothèque de recherches freudienne et lacanienne et membre du comité de rédaction de la revue Apertura. Plus récemment, il a été membre de l'école lacanienne de psychanalyse. Il a publié plusieurs articles dans diverses revues de psychanalyse dont, ces dernières années, la revue du Cercle Freudien Che vuoi ?, ainsi que Figures de la psychanalyse

Détails
Parution : 19 mars 2009
EAN : 9782749210445
15x22, 280 pages
Hypothèses
Thème : Psychanalyse

Imprimer cette page
Résumé

La vie amoureuse est au cœur de la psychanalyse, mais son approche accorde habituellement la première place au désir et au manque, ne laissant au plaisir que la portion congrue. Pourtant, la notion de « gain de plaisir » avait surgi sous la plume de Freud au temps de ses premières découvertes, associée au mécanisme du plaisir préliminaire. Il en avait même fait un principe, sous la domination duquel il avait placé non seulement les préliminaires amoureux, mais le jeu de l’enfant, le mot d’esprit, la création poétique, le théâtre… L’auteur parcourt les itinéraires de la confrontation au désir qui, entre plaisir et jouissance, est vécu par le sujet sur le mode de l'altérité radicale.

Michel Constantopoulos est psychanalyste à Strasbourg.

  Du même auteur

Hypothèses
© 1995
15x22 208 p. 21.50 €
© Éditions érès 2019 - Mentions légales

Réalisé par Glukose