Du sujet de nouveau en question

  "Du sujet de nouveau en question" a été ajouté au panier !

Voir mon panier
Ajouter au panier


Revue PSYCHANALYSE YETU
S'abonner


Menu : Sommaire   

Dès 1890, dans un article intitulé « Le traitement psychique », Freud écrit qu'il voulait promouvoir un traitement par les mots. Il se préoccupait, en réaction contre un causalisme unilatéral (l'âme reflet du corps), de « l'action de l'âme sur le corps ». Pour autant, il ne faudrait pas, en prenant acte de ce premier pas, oublier que la psychanalyse est née d'une interprétation de ce par les mots qui contredit frontalement ce que Freud soutient dans cet article pré-psychanalytique : les mots de l'Autre (le thérapeute) sont censés corriger les maux de l'un (le patient) par la suggestion hypnotique. Cet oubli est pourtant ce qui sous-tend la tentation, à laquelle cède la loi sur la psychothérapie (y compris son dernier avatar d'amendement), de dissoudre la psychanalyse dans la médecine et la psychologie, dont l'idéal est l'arasement du symptôme avant qu'il ne délivre le singulier de son message. Or, ce singulier est toujours surprise, il est cet envers devant lequel la vérité, celle dont le langage est capable, s'avoue en échec. Qu'un dire puisse transcender le langage est l'impossible qu'une psychanalyse a pour enjeu de surmonter. Pour que la psychanalyse persiste vive, la loi doit en prendre acte.

Détails
Parution : 8 octobre 2009
EAN : 9782749211480
PSYCHANALYSE YETU
3/2009
Thème : Psychanalyse

Imprimer cette page
© éditions érès 2019 - Mentions légales

Réalisé par Glukose