L'hypermodernité en question

  "L'hypermodernité en question" a été ajouté au panier !

Voir mon panier

L'hypermodernité en question


Numéro 97 - Revue semestrielle

Avec la participation de Pierre BOZEC, Gisèle CRISTOFOL, Emmanuel DIET, Claudine HAROCHE, Françoise HATCHUEL, Jean-Pierre LEBRUN, Jean MAISONNEUVE, Claude TAPIA, Georges ZIMRA

Dans la revue :

Ajouter au panier


Revue Connexions
S'abonner

Menu : Sommaire   



Historiens, sociologues, psychistes et anthropologues constatent aujourd'hui une mutation profonde dans le social-historique : entre crise et anomie, la globalisation néo-libérale, la domination du capitalisme financier, la marchandisation généralisée et le règne de la raison instrumentale imposant les logiques des technosciences, développent une violence économique, sociale et symbolique qui remettent en question les métacadres civilisationnels, les organisateurs psychiques et culturels, sapent les bases mêmes du champ politique et de l'humanisme des Lumières et semblent attaquer le sens et les conditions mêmes du travail de la culture , de la subjectivation et du lien social.
Comment identifier et interpréter cette mise en question des valeurs de la modernité- historicité, rationalité, croyance au progrès, confiance en la science et en la démocratie- aujourd'hui mises à mal dans les faits et les esprits ? Qu'en est-il de la catastrophe présente (au sens de R. Thom), de quelle émergence s'agit-il lorsqu'à la perte des grands récits caractéristiques de la post-modernité succèdent l'excès de l'hypermodernité, sa normalisation opératoire, son idéal de maîtrise absolue et de transparence, sa fièvre consumériste, le règne de l'image, de l'immédiateté, l'apologie de la jouissance et de la communication, la généralisation de la violence et du cynisme ?
Quels mécanismes et quels processus sont à l'œuvre sous le règne du Divin Marché (D. R. Dufour), dans un monde sans limites (J.-P. Lebrun) ouvert aux développements des logiques de la perversion, de la désinstitutionnalisation, de la désymbolisation et de la désubjectivation ? Quelles conflictualités et quelles dynamiques sont à l'œuvre dans la déstabilisation des valeurs, des repères et des normes ? Que proposent et qu'imposent les nouvelles technologies - informatiques, médiatiques, biologiques - aux sujets contemporains et au lien social ? Quelles modifications de la pensée, du vivre ensemble, du travail se dessinent aujourd'hui, jusqu'à peut-être remettre en question le statut et le devenir du sujet de la parole et du désir ? Quelles résistances et quelles modalités créatives peuvent aujourd'hui se mobiliser pour faire pièce au travail de déliaison à l'œuvre dans les différents registres du social-historique sans succomber aux tentations régressives de l'idéalisation du passé et des certitudes intégristes ? Comment travailler à rendre à la pensée critique et rationnelle sa fécondité symbolisante dans un monde à la dérive dominé par les seules logiques du profit ?
Ces questions pourraient être abordées en référence à des champs, des pratiques et des expériences précises, notamment autour de la question de la crise de la transmission qui semble centrale dans les différentes dimensions du malaise actuel et de la barbarie dont il est possiblement - et réellement - porteur.

Détails
Parution : 21 juin 2012
EAN : 9782749232089
Connexions
1/2012
Thème : Société

Imprimer cette page
© Éditions érès 2017 - Mentions légales

Réalisé par Glukose