Les pères et les institutions

  "Les pères et les institutions" a été ajouté au panier !

Voir mon panier
Ajouter au panier


Revue Dialogue
S'abonner

Menu : Sommaire   

"Pères" et "institutions" : le pluriel s'impose car être père n'obéit pas à un « format » unique dans lequel l'homme ayant un enfant se glisse ; de leur côté, les institutions n'abordent pas les pères ni ne leur font une place de manière standardisée. Toutefois, cette multiplicité concernant les manières d'être père – liées à l'histoire de chaque sujet, à la société, aux théories qui ont cours à une période donnée, à l'histoire des institutions (maternité, école, médico-social, justice...) – questionne l'instituant (le registre symbolique traduit, en partie, par le droit), l'institué (les institutions, établissements et services concrets) et les pratiques professionnelles (voire les pratiques sociales au sens large). Par ailleurs, la réflexion sur la place des pères doit être mise en regard des changements de la famille qui réinterrogent la place de chacun de ses membres, et au-delà, la société. Dans cette perspective, la place du père est abordée de plusieurs points de vue : psychologique, juridique, sociologique, anthropologique et pratiques concrètes des institutions.

A propos des auteurs

Régine Scelles est professeur de psychologie clinique et psychopathologie à l’université de Paris-Ouest la Défense (ClipsyD). Elle a une grande expérience de travail à domicile et a mené des recherches sur la famille et plus particulièrement sur la fratrie de l’enfant, l’adolescent et l’adulte en situation de handicap. Elle a publié des livres sur la famille et sur le polyhandicap dont Liens fraternels et handicap (érès, 2010). Elle est membre fondateur du SIICHLA et dirige la revue Dialogue.

Détails
Parution : 3 janvier 2017
EAN : 9782749253435
Dialogue
4/2016
Thème : Enfance & parentalité

Imprimer cette page
  Du même auteur

© Éditions érès 2017 - Mentions légales

Réalisé par Glukose