Est-il encore pertinent de recourir à cette notion de « relation d’aide » ou faut-il l’abandonner ou la tenir pour marginale ? Permet-elle encore d’interroger les pratiques sociales et professionnelles mises en œuvre ? Faut-il plutôt recourir, par exemple, à la notion d’accompagnement, ou à celle de lien, qui semblent parfois s’y substituer et l’englober largement ? Ou encore à celle de « relation de service », au sens des managers ou des sociologues ? Le désir d’aider, au demeurant, n’est-il pas toujours quelque peu suspect ? Les bonnes intentions ne masquent-elles pas des désirs de contrôle voire d’emprise sur l’autre ? Que recouvre en définitive, la relation d’aide ? Quels rapports entretiennent l’aide, la charité, la compassion, etc. ? Qu’est-ce qu’une aide véritable, qui tient tout à la fois compte des sujets (individuels ou collectifs) et des contextes (qui surdéterminent le sens de certaines options) ? Si aider l’autre, c’est l’aider à trouver en lui-même les ressources propres à « pouvoir agir », faire face, reprendre la main sur la conduite de sa propre vie, comment la problématique de l’aide rencontre-t-elle les dimensions proprement sociales et politiques ?

Prix
Papier - 26.00 €
Détails
Parution : 13 novembre 2008
EAN : 9782749209463
Nouvelle revue de psychosociologie
2/2008
Thème : Société