L'art du certificat

L'art du certificat


Numéro 50 - Revue semestrielle

Dans la revue :

« La maladie n’est qu’une série d’événements plus ou moins complexes que l’observateur doit présenter sous leur véritable jour, dans leur ordre de succession et de filiation naturelles et entourés de toutes les circonstances au milieu desquelles ils se sont produits.» Falret définit ici le cadre qui, jusqu’à nos jours, constitue l’objet du certificat. En lui donnant ainsi son principe, sa nature, il lui donne également sa forme et le cachet d’une photographie, d’un panorama. Le certificat est une écriture, écriture clinique. On s’est déjà beaucoup interrogés sur ce que devait cette écriture, son style, chez Clérambault, à la photographie, sur son lien avec son travail d’entomologiste sur les drapés. Mais, d’une manière plus générale, que doit le style d’un certificat à la littérature de son siècle? Façon d’aborder sous un angle singulier son évolution, du XIXesiècle jusqu’à nos jours. L’art du certificat est également un art d’équilibriste puisqu’il est art sémiologique dont l’adresse est la médecine aussi bien que les autorités administratives et judiciaires. Là encore, que peut-on dire de son évolution en fonction des modifications apportées aux textes de loi.Peut-on considérer que les certificats constituent un matériel brut, une fidélité à l’objet, au portrait, où se trouve la quintessence d’une clinique? Avant d’être tributaires d’une théorie, le seraient-ils d’une réalité sémiologique et sociale? Il serait naïf de ne voir dans l’observateur qu’une caisse enregistreuse, neutre: là encore, des positions idéologiques dépend le regard.

Prix
Papier - 26.00 €
Détails
Parution : 22 avril 2021
EAN : 9782749270241
JFP - Journal français de psychiatrie
2/2020
Thème : Santé mentale