Chimères poursuit son enquête sur les effets de la pandémie et leur contexte.

La séparation du reste de la société, la limitation des rencontres et des interactions ont été imposées à tous de manière plus ou moins stricte selon les classes d’âge.

Seule cellule de séjour autorisée, le domicile conjugal ou familial est souvent devenu un huis clos impossible à supporter. Il y a eu dénaturation de la famille et du couple du fait de cet enfermement. Peut-il y avoir réparation ou faut-il reconnaître dans cet éclatement la réalisation de tendances déjà inscrites auparavant ?

Ces séparations seront mises en résonance avec d’autres, tout aussi politiques : c’est en effet le moment qu’a choisi le gouvernement pour présenter, le 9 décembre 2020, un projet de loi combattant le séparatisme, et stigmatisant les communautés culturellement différentes, en particulier les personnes voulant vivre selon des pratiques islamiques.

À l’échelle mondiale, la période récente a vu s’ériger de nombreux « murs » (en Irlande, à la frontière entre le Mexique et les États-Unis, entre Israéliens et Palestiniens) destinés à maintenir divisées des populations que toute leur histoire commune rapprochait. Mais la chute d’un mur de séparation n’abolit pas nécessairement les différences produites par les institutions dans le temps, comme on peut le constater en Allemagne.

Autour du thème des séparations, de nombreuses approches sont donc possibles et susceptibles de faire rebondir séparatismes récents dans de nouvelles directions.

 

Prix
Papier - 23.00 €
Détails
Parution : 6 janvier 2022
EAN : 9782749272153
Chimères
2/2021
Thème : Psychanalyse