Construction/Déconstruction du symptôme

  "Construction/Déconstruction du symptôme" a été ajouté au panier !

Voir mon panier
Ajouter au panier


Revue Analyse freudienne presse
S'abonner

Menu : Sommaire   

Le « symptôme est un événement de corps » pour le sujet. De ce fait, il faut maintenir que l’homme a un corps, soit qu’il parle avec son corps, autrement dit qu’il parlêtre de nature. Qu’il y ait quelque chose à entendre de la façon dont le corps est le porte-parole du symptôme est une révolution déjà engagée par Freud et poursuivie par Lacan. C’est une façon de prendre à revers la référence médicale du symptôme entrant dans l’interrogatoire propre au diagnostic et au traitement (M. Foucault). La clinique psychanalytique du symptôme nous indique que le symptôme, dans l'époque décisive de sa construction, dans l’enfance, s’interprète sur le mode du rêve et des actes manqués, soit sur le mode du déplacement et de la condensation. C’est pourquoi, de même que dans le rêve, le signifiant fait trait dans le corps  et reste  à lire comme une énigme de l’ordre de ce qui est écrit. Néanmoins, il existe des cas où la construction échoue. Lacan reprend alors la première écriture étymologique  du symptôme : « le Sinthome » pour montrer, avec Joyce, comment on peut faire relais là où le nouage des trois termes « Réel Symbolique Imaginaire » ne trouve pas à se réaliser avec un nom du père comme quatrième. C’est avec ce repérage d’un relais possible du symbolique, là où il vient à manquer, que Lacan nous transmet un outil conceptuel qui va bien au-delà de ce qui peut faire construction dans les psychoses.

Détails
Parution : 20 octobre 2011
EAN : 9782749214764
Analyse freudienne presse
1/2011
Thème : Psychanalyse
© Éditions érès 2017 - Mentions légales

Réalisé par Glukose