Schizophrénie et langage

  "Schizophrénie et langage" a été ajouté au panier !

Frais de port 2€ dès 25€ d'achat
Voir mon panier

« Un jour de grande lassitude, j'aurais voulu écourter l'entretien avec Priandre, mais il m'a arrêtée tout net : “Il faut me laisser vous parler plus longtemps : vous comprenez, si vous me laissez parler un quart d'heure, les mots gardent leur sens deux ou trois jours et alors je peux parler avec les autres. Que veut dire le mot chapeau ?”

« Voilà bien l'aveu de transfert le plus étonnant que j'aie jamais entendu, le plus émouvant aussi... La question de Priandre me surprend, me déroute puis me fascine... Mais oui, que veut dire... ? Je partage son questionnement désespéré. Parce qu'il faut que je comprenne, non pas ce que veut dire le mot, ni ce qu'il veut me dire - il ne veut rien me dire, il ne sait pas m'avoir dit -, qu'il attend au contraire que je lui dise un “secret”.

« En un éclair, je sais que si je peux maintenir ce questionnement avec lui, j'aurai saisi l'essence de la schizophrénie. De quoi parle-t-il ? Quelle est cette zone qu'il cherche à scruter ? Là où pour moi il n'y a rien ? Le lieu où il vacille ? Le gouffre ouvert pour lui là où, pour moi, le sol est uni ? De quel secret suis-je détentrice sans jamais l'avoir su ? »
Danielle Roulot

Après une formation scientifique, Danielle Roulot rencontre la clinique de La Borde en 1965 ; elle décide de rester dans ce lieu « magique» de la psychothérapie institutionnelle et de devenir psychiatre. La fréquentation des psychotiques la pousse à s'interroger sur la schizophrénie et à approfondir les prises en charge analytiques des psychotiques.

Préface de Pierre Delion


A propos de l'auteur

"Danielle Roulot, née en 1943, s’est éteinte en 2019 à La Borde, où elle a vécu plus de cinquante ans. Son parcours de psychiatre et de psychanalyste commence dans les années soixante, au moment où elle découvre l’expérience d’une communauté thérapeutique fondée par Jean Oury et Felix Guattari. Quand elle arrive à Cour Cheverny elle a déjà des titres universitaires dans le domaine des sciences physiques, et un engagement politique dans le syndicalisme étudiant. Mais sa rencontre avec les modes de travail et de pensée de la psychothérapie institutionnelle l’amène à travailler comme « monitrice » à La Borde, à reprendre ses études, devenir psychiatre et commencer une analyse avec Guattari.

Son lien intime avec Oury l’a conduit à travailler les conceptions de Lacan et à s’intéresser particulièrement à l’approfondissement des notions logiques et philosophiques concernant le « discours », la langue et les « signifiants ». L’objet central de son travail est la schizophrénie, dont elle entreprend de définir et préciser la genèse, dans le prolongement de l’hypothèse lacanienne d’une « forclusion-du-nom-du-Père ».

Elle participe aux travaux de l’École freudienne de Paris de Lacan, mais entretient un échange théorique permanent avec Oury, dont elle aime préciser les hypothèses et compléter les intuitions.

Avec Schizophrénie et langage. « Que veut dire le mot chapeau » (érès, 2004), elle veut, avec humour et précision, définir les mécanismes linguistiques d’une parole « normale » et les défaillances où se logent les prémisses de la psychose. L ‘avec schizophrénique (Hermann, 2014) et Dialogues à la Borde (Hermann 2008) prolongent ses conversations « solognotes » avec Oury.

Son goût des sciences et de leur exactitude va la rapprocher de Pierre Delion et Michel Balat, sur l’arrière-fond des constructions théoriques de Peirce, et de Michel Lecarpentier, l’autre « héritier » fidèle de la pensée d’Oury.

Contrairement à tous ceux qui ont travaillé à La Borde, elle a toujours vécu, seule, dans la clinique. Sa présence s’est ainsi confondue avec le monde étrange qui l’entoure, dont elle a cherché à comprendre, inlassablement, les mystères."

Hommage par Jean-Claude Polack

Détails
Parution : 5 novembre 2004
EAN : 9782749203669
16x24, 192 pages
Des Travaux et des Jours
Thème : Santé mentale

Imprimer cette page
Résumé

A partir de situations cliniques, l'auteur développe une approche rigoureuse du mode d'existence schizophrénique. Il s'agit avant tout d'un travail de clinicienne qui se soutient de la nécessité d'aborder la psychose telle qu'elle se manifeste. Pourtant même si la logique langagière de la schizophrénie nous paraît étrangère, elle est infiniment plus proche de nous que nous le croyons.

Danielle Roulot est psychiatre à La Borde

Revue de presse

2005, V.S.T.85, Joseph Rouzel


2005, clinique lacanienne9, Joseph Rouzel


© éditions érès 2020 - Mentions légales

Réalisé par Glukose