La rééducation contre l'école, tout contre

  "La rééducation contre l'école, tout contre" a été ajouté au panier !

Voir mon panier

La rééducation contre l'école, tout contre

L'identité professionnelle des rééducateurs en question

Félix GENTILI

Dans la collection :

Menu :

Les rééducateurs, comme d’autres professionnels de l’éducation psychologues, médecins scolaires, intervenants extérieurs, etc. signalent par les particularités de leur discours et de leurs actes face à l’échec scolaire et à sa prévention que le fonctionnement de l’école gagnerait à être amélioré. Tout en se situant ainsi « contre » l’école, la rééducation est condamnée à y rester « tout contre », dedans mais différente des autres pratiques, pour ne pas être dissoute dans l’institution scolaire. Elle joue un rôle ingrat mais nécessaire : entre psychologie et pédagogie, entre institution scolaire et champ médico-social.

Les rééducateurs exercent une jeune profession qui, circulant entre deux continents protégés, querelleurs et historiquement définis, la pédagogie et la psychologie, ne peut que susciter réprobations, convoitises et disputes. Une rapide enquête auprès des élèves ou des parents met en évidence l’invisibilité institutionnelle des rééducateurs. D’où viennent-ils ? Quelle est leur légitimité ? Quels sont les fondements théoriques de leur pratique ? Constituent-ils une profession ? Disposent-ils d’une identité professionnelle qui leur est propre ? Qui les connaît et les apprécie ? Quelle est leur contribution au service public d’éducation ?

La rééducation à l’école est un élément régulateur indispensable. Par un double attachement dans et hors l’école, par les actions engagées au sein des locaux scolaires et par les entretiens qui sont menés avec les parents et les partenaires éducatifs professionnels, les réseaux d’aides spécialisées aux enfants en difficulté (RASED), menacés par le rapport Thélot, sont dans une position inconfortable qui n’est pas sans rappeler celle des élèves qu’ils prennent en charge.

Félix Gentili, instituteur en zone d’éducation prioritaire (ZEP), durant 15 ans, est actuellement inspecteur de l’Education nationale dans la circonscription de la Dombes (01).

Mise en vente le 9 septembre 2005


A propos de l'auteur

Félix Gentili, instituteur en zone d’éducation prioritaire (ZEP), durant 15 ans, est actuellement inspecteur de l’Education nationale dans la circonscription de la Dombes (01).

Détails
Parution : 9 septembre 2005
EAN : 9782749205106
13.5x21, 136 pages
Connaissances de la diversité
Thème : Travail social & Handicap

Imprimer cette page
Résumé

Les rééducateurs, comme d’autres professionnels de l’éducation psychologues, médecins scolaires, intervenants extérieurs, etc. signalent par les particularités de leur discours et de leurs actes face à l’échec scolaire et à sa prévention que le fonctionnement de l’école gagnerait à être amélioré. Tout en se situant ainsi « contre » l’école, la rééducation est condamnée à y rester « tout contre », dedans mais différente des autres pratiques, pour ne pas être dissoute dans l’institution scolaire. Elle joue un rôle ingrat mais nécessaire : entre-deux entre psychologie et pédagogie, entre institution scolaire et champ médico-social.
Félix Gentili est actuellement inspecteur de l’Education nationale (01).

© Éditions érès 2017 - Mentions légales

Réalisé par Glukose