L'enfant sorcier et la psychanalyse

  "L'enfant sorcier et la psychanalyse" a été ajouté au panier !

Voir mon panier

Dans les sociétés africaines, comme chez les Bantous d’Afrique centrale où l’auteur a grandi, une tradition consiste à considérer certains enfants comme des « ndoki » à qui on attribue le pouvoir maléfique de semer le désordre, de nuire à autrui par des actions maléfiques ou de faire mourir n’importe qui par leur seule volonté appelée « Kindoki ». Ainsi, la cause du malheur comme de l’échec personnel est le plus souvent imputée à un autre, le sorcier (enfant ou adulte), supposé avoir le pouvoir de modifier la réalité, de répandre le malheur et la souffrance.

Derrière le symptôme culturel, les croyances en la sorcellerie dont sont accusés les enfants sorciers, l’auteur montre que peuvent se cacher de véritables structures psychopathologiques ou des conflictualités psychiques qui valent pour tous les enfants à travers le monde. Cet ouvrage a pour but de sortir du relativisme culturel, cette haine douce de la réalité. Il fait le lien entre le singulier de la culture et l’universalité de la subjectivité et, par là, ouvre à une prise de conscience du fondement inconscient à l’œuvre dans le « traitement » – entre exorcisme et exclusion – des enfants sorciers, considérés comme des enfants sacrifiés ou des fétiches martyrisés. L’auteur rend compte de la manière dont la psychanalyse contribue à éclairer les pratiques sociales au sein des populations migrantes d’origine africaine en France.


A propos de l'auteur

Docteur en psychopathologie et psychanalyse, Didier Mavinga Lake est psychologue clinicien, psychanalyste à Paris, membre du Cercle international d’anthropologie psychanalytique (CIAP) au sein d’Espace analytique. Il accompagne depuis une dizaine d’années des professionnels de santé (psychiatrie, pédopsychiatrie, médecine somatique) et des travailleurs sociaux (aide sociale à l’enfance, centres départementaux de l’enfance, fonctionnaires territoriaux…), dans « la prise en compte de la culture du patient dans le projet thérapeutique » et dans « l’interculturalité dans des établissements d'accueil des jeunes enfants et adolescents ».

Détails
Parution : 21 février 2019
EAN : 9782749262710
14x22, 225 pages
Psychanalyse et clinique
Thème : Psychanalyse

Imprimer cette page
Résumé

Comment la psychanalyse contribue-t-elle à éclairer les pratiques sociales en mettant en avant l’universalité de la subjectivité contre les tentations culturalistes ? Derrière le symptôme culturel, l’auteur montre que peuvent se cacher de véritables structures psychopathologiques ou des conflictualités psychiques.

Derrière les croyances en la sorcellerie dont sont accusés les enfants sorciers, se révèle une structure subjective qui vaut pour tous les enfants à travers le monde. Cet ouvrage a pour but de permettre de sortir du relativisme culturel, cette haine douce de la réalité, et de faire le lien entre le singulier de la culture et l’universalité de la subjectivité, et par là, de permettre une prise de conscience du fondement inconscient à l’œuvre dans le « traitement » – entre exorcisme et exclusion – des enfants sorciers, considérés comme des enfants sacrifiés ou des fétiches martyrisés. L’auteur rend compte de la manière dont la psychanalyse contribue à éclairer les pratiques sociales liées au couple sorcier/guérisseur au sein des populations migrantes d’origine africaine en France.

Revue de presse

2019, Soins Psychiatrie


© éditions érès 2019 - Mentions légales

Réalisé par Glukose