Psychanalyse et malaise social

  "Psychanalyse et malaise social" a été ajouté au panier !

Voir mon panier



Que se passe-t-il lorsqu'on est exclu ? Peut-on rester un être désirant, un être de lien, un être de paroles et de projets ? Peut-on encore trouver du sens à la vie quand tout est fait pour mettre le sujet aux normes, pour le rendre conforme et " autonome " ?

La question n'est pas de savoir si la vie a un sens, mais d'appréhender ce qui, dans la vie, dans la réalité, en soi, est susceptible d'en avoir et d'en donner. L'homme est un être de lien dont toute la force désirante ne s'adresse jamais qu'à l'autre.

Des psychanalystes, des psychologues, des sociologues et des médecins parlent de leur pratique auprès de ceux qui ne demandent plus rien. Ils montrent comment leur engagement auprès d'eux peut faire renaître du lien grâce auquel, peu à peu, ces sujets trouvent prise dans le réel.

Frédéric de Rivoyre, docteur en psychologie, psychanalyste, directeur de l'association IRIS.

Ont collaboré à cet ouvrage : Chantal des Mazery Ballif, Françoise Davoine, Olivier Douville, Jean-Baptiste de Foucauld, Marion Lévy, Georges Nauleau, Daniel Piquet, Claude Rabant, Jean-Claude Rouchy, Jacques Saliba, Sylvie Zucca.


A propos de l'auteur

Frédéric de Rivoyre est psychanalyste, psychologue clinicien, membre d’Espace analytique.

Détails
Parution : 9 octobre 2001
EAN : 9782865869541
13.5x21, 136 pages
Questions de psychiatrie
Thème : Santé mentale

Imprimer cette page
Résumé

La honte de soi entraîne un effondrement narcissique qui déchire en mille morceaux, comme un éparpillement, le regard, le désir de l'autre. Créer des liens dans ces circonstances particulières, c'est aussi pousser la porte de la honte, où l'intime est mis à mal, détruit, oublié. C'est s'engager avec quelqu'un qui ne demande plus rien, qui a rompu tout lien d'appartenance, de tendresse, de soin, c'est accueillir du mal de vivre. Par son regard, sa voix, sa présence, son désir, le psychanalyste donne du corps à cette rencontre. Les premiers rendez-vous, les heures et les jours, servent de petits cailloux de reconnaissance : peu à peu le patient trouve prise dans le réel.

Revue de presse

2002, Lien Social 612, Patrick Méheust


  Du même auteur

Point hors ligne
© 2014
14x22 312 p. 23 €
Questions de psychiatrie
© 1999
13.5x21 160 p. 20 €
© Éditions érès 2018 - Mentions légales

Réalisé par Glukose