30
Colloque Carnet/Psy - Les interdits : pour quoi faire ?
Parie 6e - Sur inscription
30 nov. 2019

Colloque Carnet/Psy - Les interdits : pour quoi faire ?
Frustration, punition, protection

Le samedi 30 novembre 2019 à la Faculté de Médecine
Amphi Binet – 45 rue des Saints-Pères, 75006 Paris

Aspirer au bonheur, devenir heureux, le rester, bannir la douleur, chercher les plaisirs les plus forts, pour ce faire, accéder à la richesse et au pouvoir : les impératifs de l’idéologie narcissique décrite par Freud en 1930 continuent d’exercer une contrainte de plus en plus puissante et favorisent la négligence, le contournement voire le déni des interdits. Pourtant, paradoxe scandaleux, l'inflation du masochisme, les dérives mélancoliques de la perte, l'exhibition du sacrifice et de la misère psychique font rage dans la clinique contemporaine. Echec devant le succès ? La réalisation des désirs et la satisfaction qu'elle apporte seraient gâtées par la culpabilité qui les rattache immédiatement à la transgression des interdits. Mais si ces interdits, justement, sont déqualifiés, attaqués, effacés, comment comprendre le renforcement du besoin de punition, sa violence totalitaire, intransigeante et aliénante ?

La genèse de la conscience morale accorde une place essentielle à la formation du surmoi, instance souveraine, héritière du complexe d'Œdipe, porteuse des interdits fondamentaux de l'inceste et du parricide. La dialectique des désirs et des interdits, le conflit interne et les voies de dégagement qu’elles peuvent promettre sont sérieusement mis à mal lorsque la frustration est condamnée, lorsque le détour est insupportable, lorsque le renoncement est inadmissible. La culpabilité demeure pourtant, tapie dans l’ombre de l’inconscient : c’est un surmoi cruel qui se déchaîne alors dans l’auto-acharnement et la destructivité, car aucun interdit ne peut contenir sa puissance délétère.

Ce qui nous intéresse évidemment, c’est la manière singulière dont les mouvements transférentiels vont porter ces différentes composantes et leurs configurations à travers les choix d’objets et les inscriptions identificatoires. Dans quelle mesure le moi peut-il se réconcilier avec l'instance autoritaire et protectrice par le jugement qu'il porte sur lui-même, dans l'écart créé par la faute et la découverte de la cause du défaut d'amour ?

Consulter le programme et les conditions d'inscription

© Éditions érès 2019 - Mentions légales

Réalisé par Glukose