à Serge Lesourd


 

 

Nous avons été peinés par l’annonce du décès de Serge Lesourd survenu le 3 mai 2022. Serge est un auteur important pour les éditions érès. Nous nous sommes rencontrés à la fin des années 1980 quand Le Grape nous a confié grâce à lui la Lettre du Grape dont il était rédacteur en chef. Avec la publication de sa thèse Adolescences… rencontre du féminin, il a ouvert chez érès tout un secteur éditorial relatif aux adolescents.  En 1995, il a créé et dirigé la collection « Actualité de la psychanalyse ». Nous avons apprécié de travailler pendant plus de 20 ans avec Serge Lesourd qui a été un collaborateur bienveillant aux avis toujours pertinents.

 

***

 

Nous lui rendons ici hommage avec ses amis Claude Escande et Claude Schauder :

"Serge est mort le 3 mai 2022, à bout de souffle, épuisé par la maladie. Il allait avoir 69 ans. Ancien collègue à l’Université de Strasbourg où nous l’avions connu, il était  devenu un complice et un ami que nous accompagnions avec bonheur dans nombre des aventures de l’esprit où il aimait à se mouvoir comme dans celles, parfois lointaines, où l’entrainait sa passion de l’enseignement que ce soit  au Brésil, en Russie, à Florence, au Québec, en Tunisie ou encore en Ukraine  où il avait créé et dirigé un Master de psychopathologie de l’Université de Strasbourg délocalisé à Kiev, devenu par la suite Master de psychopathologie clinique et médiations thérapeutiques par l’art de l’Université de Nice délocalisé à Kiev

Au petit cimetière de Bagnols en Forêt où nous l’avons accompagné une dernière fois, nous nous sommes souvenus de l’intérêt qu’il portait aux autres, son immense générosité, de cette pudeur qui dissimulait mal la grande affection qu’il portait à tant d’entre nous.  

Nous avons également évoqué sa brillante intelligence, son immense culture et ses capacités de synthèse qu’illustrent parfaitement ses travaux sur les enjeux de la modernité sur la construction de la subjectivité, le lien social et sur l’expression psychopathologique individuelle, ses réflexions sur l’adolescence comme moment structural du passage de l’organisation infantile à l’organisation adulte du rapport au monde, et les pathologies qui en découlent.

De ses élaborations et de sa lucidité à l’égard des aberrations et du délitement auquel le néolibéralisme conduit l’humanité, nous nous sommes redits qu’elles n’étaient pas sans lien avec ses moments de pessimisme, voire de dépression, sans doute aussi avec ses colères mémorables contre ceux acharnés à détruire la pensée, à contraindre la créativité, à instrumentaliser le sujet. Mais c’est également ces réflexions qui de façon plus pédagogiques le conduisirent à organiser avec nombre d’amis venus d’un peu partout, des colloques passionnants comme par  ex en 2006 à Strasbourg, le 1er colloque international de psychopathologie du lien social,  Discurso et medicina, à Belo-Horizonte au Brésil en 2007, Malades du libéralisme à Strasbourg en 2008, ou encore Périnatalité et modernité, à Strasbourg en 2009.

Et puis nous nous sommes souvenus tout près de sa tombe et aux cotés de certains de ses anciens étudiants marqués par son goût pour la clinique, dont quelques ukrainiennes réfugiées en France, quel passeur il avait été, passeur d’une pensée toujours vive et souvent inattendue, vectrice d’une provocation pertinente mais aussi impertinente, toujours marquée d’une éthique rigoureuse,

Un poète, capable de rendre lumineuse les nuits sans lune et sans sommeil comme il le faisait avec ses patients en tentant d’éclairer l’obscurité psychique de leur vie."

(Hommage publié sur Oedipe.org)

Voir tous ses ouvrages

 

 

© éditions érès 2022 - Mentions légales - CGV - RGPD

Réalisé par Glukose