Marie-Dominique AUZEBY

photo de Marie-Dominique AUZEBY

Diplômée de lettres modernes (1972, faculté Paul-Valéry, Montpellier), j'ai obtenu le diplôme d'orthophoniste en 1978 (faculté de Médecine de Montpellier). En même temps que se terminait ce cycle de dix années d'études, je commençais une psychanalyse et débutais l'exercice en libéral. Peu après, j'ai également travaillé en milieu hospitalier.
Depuis septembre 1998, j'exerce en libéral dans le XIIIe à Paris. Actuellement et depuis onze ans, j'exerce également en institution.

Comme Co-Auteur

Ce que j'écris entre en rapport avec l'histoire et l'ethno-sociologie.
Les mots-clés sont : lettre - rapport à la lettre - rapport aux lettres - écriture. Ou encore, en passant par la lecture de Lacan : langue et « lalangue ».

Le plus clair de mon existence, qui a dépassé les cinquante ans, s'est déroulée en Languedoc - mon patronyme, alors que, dotée d'un physique aryen, je suis née dans le nord-est de l'hexagone - l'autre patronyme, méconnu celui-là qui figure en tant que « nom d'usage », appellation administrative qui à mon sens ne convient pas, sur ma carte d'identité.
Le parcours qui se soutient de ces deux noms-du-père me conduit à partir d'une courte carrière de pastelliste, d'un amour inconditionnel pour l'art et la création, à opter pour la psychanalyse, sans toutefois abandonner une passion plus précoce pour les lettres et la littérature.

Mon écriture est relativement rare : ce que j'écris surgit et je n'ai d'autre choix que de m'y plier ! Actuellement, je tente de mettre en fiction un vécu familial ahurissant qui, depuis 2006, n'en finit pas de rebondir dans des épisodes rocambolesques. La mise en mots est à mon sens une condition sine qua non de la continuité d'une évolution indispensable à un « bien travailler » qui consiste pour le plus clair de mon temps... à être orthophoniste avec l'apport de la psychanalyse, sans oublier la passion qui m'habite pour la « lalangue ».
Il m'est arrivé, au gré d'une énorme bibliographie, de travailler à éclaircir mon rapport aux algériens, durant trois années consécutives, ce qui m'a amenée à aborder le thème de la colonisation et à rédiger quelques trois cent pages pour l'instant inachevées. Il m'arrive de me passionner pour un auteur et d'en tout lire pour écrire des « notes de lecture »...



Comme Co-Auteur

Revue de l'enfance
Numéro 83-84 - Revue semestrielle
© 2011
20 €
© Éditions érès 2018 - Mentions légales

Réalisé par Glukose