Ce qui est opérant dans la cure

  "Ce qui est opérant dans la cure" a été ajouté au panier !

Voir mon panier
Ajouter au panier

Cet ouvrage n'est plus disponible au format papier


Cet ouvrage a reçu le prix Oedipe des Libraires 2008.

Lina Balestriere, Jacqueline Godfrind, Jean-Pierre Lebrun et Pierre Malengreau sont psychanalystes. Ils exercent en Belgique et appartiennent à des associations psychanalytiques différentes qui ont l’habitude de rester à l’écart l’une de l’autre, voire de s’y maintenir vigoureusement. Pendant sept années, ils se sont risqués à confronter leur abord respectif de l’expérience psychanalytique. Ce livre témoigne de leurs échanges.

Leur débat fut sans ménagements. La vivacité de leurs oppositions ne les a pourtant pas détournés du souci de soutenir l’une des questions les plus cruciales pour la psychanalyse : qu’est-ce qui est opérant dans une cure ?

Au-delà du constat de différences irréductibles autour de questions tant techniques que conceptuelles, leurs préoccupations restent cependant communes, celles de l’inconscient, du transfert, voire du corps. Ce livre ne prétend pas à l’exhaustivité des points théoriques ou cliniques à discuter. Il a par contre l’ambition de ne pas céder sur l’importance de parler ensemble.

Lina Balestriere, membre de l’Ecole belge de psychanalyse et de l’Interassociatif européen de psychanalyse.

Jacqueline Godfrind, membre de la Société belge de psychanalyse, et de l’Association psychanalytique internationale (IPA).

Jean-Pierre Lebrun, membre de l’Association freudienne de Belgique et de l’Association lacanienne internationale (ALI).

Pierre Malengreau, membre de l’Ecole de la cause freudienne en Belgique et de l’Association mondiale de psychanalyse.

Mise en vente le 10 janvier 2008
 


A propos des auteurs

Jean-Pierre Lebrun est psychiatre, psychanalyste à Namur et Bruxelles. Il a publié de nombreux ouvrages chez érès dont Un monde sans limite (1997 rééd en poche en 2009), L’altérité est dans la langue (avec Nicole Malinconi, 2015) ou dernièrement Une parole pour grandir (avec le Jardin couvert, 2017). Il est également directeur de trois collections aux éditions érès : Humus, Psychanalyse et écriture, et Singulier-pluriel.

 

 

 

Docteur en psychologie (Université catholique de Louvain), Lina Balestriere ( 2014) fut présidente de l’Ecole Belge de Psychanalyse. Elle était membre de l’Interassociatif européen de psychanalyse. Elle codirigea le service de santé mentale « Le Chien Vert » à Bruxelles (Service de psychiatrie UCL) et fut formatrice au Centre de formation aux cliniques psychanalytiques (UCL).

"Lina Balestriere était docteur en psychologie (Université catholique de Louvain) et psychanalyste. Elle a été présidente de l’École belge de Psychanalyse association membre de l'Interassociatif européen de psychanalyse. Elle codirigea le service de santé mentale « Le Chien Vert » à Bruxelles (Service de psychiatrie UCL) et fut formatrice au Centre de formation aux cliniques psychanalytiques (UCL).
Elle a notamment publié Freud et la question des origines, Ce qui est opérant dans la cure (Prix Œdipe des libraires en 2009) avec Jacqueline Godfrind, Pierre Malengreau, Jean-Pierre Lebrun, Au plus près de l'expérience psychotique, Défis de parole : le questionnement d'une pratique, et de nombreux articles dans des revues internationales, notamment International Journal of Psychoanalysis, Topique, Champ Psychosomatique, Penser/rêver, Filigrane, Cahier de psychologie clinique."
Françoise Petitot


Lina Balestriere s’est tue pour toujours en nous prenant tous par surprise. Bien sûr, nous savions qu’elle menait depuis plus de deux ans un combat contre la maladie, mais elle le menait d’une telle façon, d’une façon qui la révélait profondément, avec une telle dignité et une telle tempérance qu’on finissait par ne plus penser qu’elle était sévèrement menacée par ses cellules incongrues. Lina ne se plaignait pas de ses traitements éprouvants ; certes, elle les évoquait, disait les désagréments qu’ils lui causaient mais demandait aussitôt qu’on passe à autre chose… et l’on parlait de son travail, de ses lectures, des films qu’elle avait vus, des voyages qu’elle faisait ou préparait, de ses enfants dont elle était fière, du bonheur qu’ils lui apportaient avec leurs heureuses rencontres, et de plein d’autres choses de la vie, de ce qui faisait le vivant qu’elle partageait avec les autres sans aucun ménagement. Et puis son cœur brutalement l’a lâchée alors qu’elle revenait d’un voyage en Italie avec celui qu’elle aimait, et qu’elle se préparait à une nouvelle bataille avec ses cellules guerrières. Elle nous a tous laissés là pantois, perdus, abasourdis, sans mots possibles face à la fulgurance de son départ.
Il n’y a désormais plus place que pour les souvenirs, les déjà très lointains, les premiers cartels autour des séminaires de Lacan ; les moins lointains, ses articles, sa thèse et son livre Freud et la question des origines ponctuant son travail, la place qu’elle a prise dans son institution analytique et dans son travail institutionnel dont elle a rendu compte dans plusieurs ouvrages comme Défis de parole ou Au plus près de l’expérience psychotique ; et puis les plus proches, une amitié intense tissée à partir de presque rien autour d’un livre collectif Ce qui est opérant dans la cure qui a valu à ses auteurs le premier prix Œdipe des libraires, et qui leur a offert, dans cette aventure, une occasion unique de percevoir comment Lina faisait face à l’inattendu d’une cure, comment elle convoquait ses convictions, comment elle engageait sa perception clinique, comment elle se soumettait à ce qu’exigeait le tact qu’elle disait tant apprécier chez Ferenczi. La voix de Lina, toujours marquée des accents de sa chère Italie, qui lui donnaient sa couleur toute singulière, nous a définitivement quittés. Nous voilà contraints à vivre sans elle, mais sa présence fut telle qu’elle nous a généreusement donné ce qu’il faut pour que de son absence désormais irréductible, nous puissions faire quelque chose qui poursuive les liens d’amitié qu’elle avait tissés et perpétue son intense amour de la vie."
Jean-Pierre Lebrun

Diplômée en psychologie, Jacqueline Godfrind est psychanalyste. Ancienne présidente de la Société belge de psychanalyse, elle est membre de l’Association psychanalytique internationale (IPA). Elle a enseigné à l’université libre de Bruxelles. Elle exerce à Bruxelles avec des enfants et des adultes. Elle assure des supervisions d’analyses, de psychothérapies d’orientation analytique, d’équipes de santé mentale. Elle a publié de nombreux articles dans des revues psychanalytiques et plusieurs livres dont Les deux courants du transfert (PUF, 1993), Comment la féminité vient aux femmes (PUF, 2001), Ce qui est opérant dans la cure, avec Lina Balestrière, Jean Pierre Lebrun et Pierre Malengreau (érès, 2008).

Pierre Malengreau est membre de l’Ecole de la cause freudienne (ECF) depuis sa création par Lacan et membre de l'Association mondiale de psychanalyse (AMP). Il est par ailleurs enseignant à la Section clinique de Bruxelles depuis 1980 et à l’Atelier de psychanalyse appliquée créé récemment pour élaborer l’engagement des psychanalystes dans le champ social. Il participe activement au Centre de consultation et de traitement psychanalytique (CPCT) de Bruxelles où sont reçus gratuitement, par des psychanalystes et pour une durée limitée, ceux qui s’y présentent.

Détails
Parution : 1 janvier 2012
(1ère édition 2008)
EAN : 9782749208435
13.5x21, 224 pages
Fonds psychanalyse
Thème : Psychanalyse

Imprimer cette page
Résumé

Cet ouvrage est une première dans le monde cloisonné de la psychanalyse : quatre psychanalystes appartenant à des associations psychanalytiques différentes qui ont l’habitude de rester à l’écart l’une de l’autre, voire de s’y maintenir vigoureusement, ont profité de leur belgitude pour risquer une confrontation à propos de leur façon de fonctionner comme psychanalystes. Des différences incontournables sont apparues tout au long de leurs échanges autour de questions tant techniques que conceptuelles : élaboration de l’analysant en séance ou hors séance, cadre strict ou cadre variable, interprétation du sens ou scansion comme interprétation... La rudesse de leurs oppositions ne les a pourtant pas détournés du souci qu’ils avaient en commun de soutenir l’une des questions les plus cruciales pour la psychanalyse : après tout, qu’est-ce qui est opérant dans une cure psychanalytique ?

Revue de presse

2008, en-je lacanien10, Christian Demoulin


2008, la clinique lacanienne14, Daniel Roquefort


  Du même auteur

Les dossiers d'Empan
© 2009
13.5x21 232 p. 23.50 €
Singulier-pluriel
25 avril 2019
14x20.5 200 p. 20 €
© Éditions érès 2019 - Mentions légales

Réalisé par Glukose