Traité sur la parole dans les situations d'aide

  "Traité sur la parole dans les situations d'aide" a été ajouté au panier !

Voir mon panier
Menu : Sommaire   

Une pratique de la parole dans le champ de l’aide sociale : quels concepts, quels actes, quelles conséquences, quel pronostic ?

L’auteur donne une légitimité, conceptuelle et historique, aux pratiques d’aide des services sociaux, dans le respect de l’histoire des « usagers ». La parole est le vecteur fondamental des échanges et des entretiens, et la psychanalyse, comme science fondamentale, reste indépassable pour comprendre les mécanismes en jeu dans la manière dont peut être vécue toute aide sociale.

En effet, il y a un savoir, une compétence, dans la manière d’user de la parole qui peut rendre un don – matériel, en argent, en démarches administratives – bénéfique ou maléfique ! Cette réédition s’avère salutaire au regard du succès actuel des sciences comportementales et des neurosciences, qui pensent se passer d’une analyse approfondie des effets de la parole, et font fi des effets d’aliénation que toute « aide » produit (qu’elle soit légitime, autorisée par la loi, voulue par un État) ainsi que du malaise que peut rencontrer un acteur social dans sa mission.


A propos de l'auteur

Diplômée en lettres (grec, latin), en psychologie clinique, docteur en philosophie, Jeanne Lafont est psychanalyste. Elle a exercé pendant vingt-cinq ans, dans des institutions pour enfants (hôpital de jour, écoles spécialisées, etc.).

Détails
Parution : 18 avril 2019
EAN : 9782749263540
12x18, 240 pages
érès poche - travail social & handicap
Thème : Travail social & Handicap

Imprimer cette page
Résumé

« À partir de l’hypothèse que la psychanalyse est à l’origine de la naissance d’une aide sociale laïque, voulue par l’État, j’ai essayé de préciser, au regard de la cure psychanalytique, la pratique de la parole, dans la réalité des situations de misère et de difficultés familiales que connaît tout le secteur de l’Aide sociale. Je suis partie d’un constat fondamental : le transfert. Tout pratique qui utilise la parole s’appuie sur le transfert, soit le lien avec l’usager (comme on dit aujourd’hui) qui se crée dans la répétition des rencontres, la dissymétrie entre l’un puissant, et l’autre qui demande (ou pas) et les phénomènes de la mémoire. Et ce livre raconte par le menu, au fil des concepts abordés, la prise en charge par un lieu d’accueil tenu par deux éducateurs (mari et femme), hors cure psychanalytique, d’une adolescente perturbée. À partir d’une reconnaissance du transfert, il s’agit de repérer la différence des actes. Si l’acte du psychanalyste est l’interprétation, celui du praticien social tient plus d’un art de la traduction, de l’adaptation. Les schémas de la topologie de Jacques Lacan, y apportent, au final, une forme d’élaboration qui laisse à chacun des repères pour des analyses, loin de l’idéologie. » J. L.

© Éditions érès 2019 - Mentions légales

Réalisé par Glukose