La décision du désir

  "La décision du désir" a été ajouté au panier !

Voir mon panier

Cet ouvrage a reçu le

 

Le sujet « s’appréhende », comme dit Lacan, à partir des manifestations de son désir inconscient, et il en assume les conséquences, à travers son dire et ses actes. Il s’active, s’autorise, supporte, devient responsable de son désir. Il s’agit d’une responsabilité éthique conjointe à une décision, la décision du désir. Décision qui n’a rien à voir avec un choix conscient, la maîtrise, la possession de soi, la volonté.

Il y a une aporie dans le désir, due à la conjonction entre la responsabilité éthique du sujet et sa propre perte. Car c’est seulement à partir d’une dépossession – de  soi, de l’Autre –, d’une  absence d’auto-détermination, que le sujet décide de son désir. Mais comment décider de ce qui nous dépasse, autrement dit, assumer ce qui nous oriente à notre insu ? Et comment passe-t-on d’un désir pris dans le symptôme et dans la compulsion de répétition, à la décision du désir ?

Silvia Lippi analyse les paradoxes du désir, d’un désir enraciné dans l’inconscient, à partir de l’apport de Lacan à cette notion psychanalytique, dans une lecture croisée avec écrivains, poètes, peintres et philosophes.

Mise en vente le 14 novembre 2013.


A propos de l'auteur

De formation philosophique, Silvia Lippi est psychanalyste et docteur en psychologie. Elle est analyste praticienne à Espace analytique et chercheur associé à l’Université Paris 7.

Détails
Parution : 14 novembre 2013
EAN : 9782749239576
14x22, 296 pages
Point hors ligne
Thème : Psychanalyse

Imprimer cette page
Résumé

Les paradoxes du désir, d’un désir enraciné dans l’inconscient, sont analysés à partir de l’apport de Lacan à cette notion psychanalytique, dans une lecture croisée avec écrivains, poètes, peintres et philosophes.

Il y a une aporie dans le désir, due à la conjonction entre la responsabilité éthique du sujet et sa propre perte. Car c’est seulement à partir d’une dépossession – de soi, de l’Autre – d’une absence d’auto-détermination, que le sujet décide de son désir. Mais comment décider de ce qui nous dépasse, autrement dit, assumer ce qui nous oriente à notre insu ? Et comment passe-t-on d’un désir pris dans le symptôme et dans la compulsion de répétition, à la décision du désir ?

Revue de presse

2014, Figures de la psychanalyse n°28, par Patricia Desroches


2015, La clinique lacanienne 25, par Monique Lauret


2015, Cliniques Méditerranéennes 91, par Laurence Rajbenbach


  Du même auteur

Point hors ligne
© 2008
14x22 264 p.
Numérique uniquement
© Éditions érès 2017 - Mentions légales

Réalisé par Glukose