Névrose, psychose et perversion : psychopathologie désuète ou ultime rempart contre l’exclusion du sujet de l’inconscient ?

  "Névrose, psychose et perversion : psychopathologie désuète ou ultime rempart contre l’exclusion du sujet de l’inconscient ?" a été ajouté au panier !

Voir mon panier

Névrose, psychose et perversion : psychopathologie désuète ou ultime rempart contre l’exclusion du sujet de l’inconscient ?


Numéro 24 - Revue annuelle

Dans la revue :

Ajouter au panier


Revue Analyse freudienne presse
S'abonner


Menu : Sommaire   

L'apport des structures cliniques névrose, psychose et perversion est aujourd’hui remis en question. De nouvelles appellations se multiplient et tentent de renforcer la posture scientifique, à l'aide d'items à consigner et auxquels se référer pour s'assurer qu'il s'agit bien de pathologie.

Mais ce que nous constatons dans l'expérience quotidienne au "un par un" avec nos patients ne fonctionne pas ainsi. Cette prétention à vouloir "classer", évaluer, et ainsi donner un nom qui nomme une souffrance, au lieu de représenter le sujet souffrant, n'est peut-être qu'une tentative pour rassurer le soignant. Les effets du réel dans la clinique, dans et à travers la parole, ne peuvent être décrits ainsi. La psychanalyse peut-elle se reconnaître en tant qu’une “science du réel” ? Alors : quel serait le statut du sujet en psychanalyse ? Quelles sont les opérations nécessaires pour que du sujet puisse se produire au lieu du grand Autre qui lui préexiste ? Comment quelqu’un advient-il au lieu du sujet ? Les structures névrose, psychose et perversion pourraient-elles être le dernier bastion pour soutenir le sujet aujourd'hui ?

Détails
Parution : 4 janvier 2018
EAN : 9782749257037
Analyse freudienne presse
1/2017
Thème : Psychanalyse

Imprimer cette page
© Éditions érès 2018 - Mentions légales

Réalisé par Glukose