Oeil pour oeil, clan pour clan

  "Oeil pour oeil, clan pour clan" a été ajouté au panier !

Frais de port 2€ dès 25€ d'achat
Voir mon panier

 « Éducatrice en foyer de la PJJ, moi, Sophie, d’un tempérament anxieux et hypersensible. Du haut de mon mètre cinquante-cinq arborant quarante-huit kilos, mon esprit buvard a témérairement intégré un environnement inconnu, hostile sur le papier pour un profane de la délinquance juvénile : un foyer d’hébergement du ministère de la Justice, accueillant des mineurs entre 13 et 18 ans sous mandat judiciaire, ayant commis des actes de délinquance plus ou moins lourdement réprimés sur l’échelle judiciaire, plus ou moins graves et contestables sur le plan moral. Des délits ordaliques proches d’une forme de rite initiatique, fruits pourris d’une pensée immature et influençable, aux crimes insupportables et inimaginables dignes de l’ignominie, j’ai fait face, sans fard ni fioritures, à des mômes mis en examen pour une palette d’infractions allant du plus banal au plus sombre, du plus anecdotique au plus impensable. »

Ce journal intimiste constitue une immersion dans la délinquance juvénile à travers le regard engagé d’une jeune éducatrice en foyer du ministère de la Justice. Il décrit un métier atypique et un quotidien mouvementé auprès d’un public méconnu et pourtant fantasmé : les mineurs délinquants.


A propos de l'auteur

Après un parcours universitaire de droit et de philosophie du droit réalisé à la Sorbonne et à Assas, Sophie Moreau exerce comme éducatrice à la Protection judiciaire de la jeunesse, au sein d’une unité éducative d’hébergement collectif (UEHC) située en Ile-de-France.

Détails
Parution : 19 mars 2020
EAN : 9782749266510
13.5x21, 224 pages
L'éducation spécialisée au quotidien
Thème : Travail social & Handicap

Imprimer cette page
Résumé

Une immersion dans la délinquance juvénile à travers le regard engagé d’une jeune éducatrice en foyer de la PJJ.

Ce journal intimiste décrit un métier atypique et un quotidien mouvementé auprès d’un public méconnu et pourtant fantasmé : les mineurs délinquants. Éducatrice dans un foyer d’hébergement du ministère de la Justice accueillant des mineurs entre 13 et 18 ans sous mandat judiciaire, ayant commis des actes de délinquance plus ou moins lourdement réprimés, plus ou moins graves et contestables sur le plan moral, Sophie Moreau s’interroge : qu’apporter à ces gamins déstructurés ? Et eux, que vont-ils lui transmettre ? Peut-on attendre un quelconque gain d’une relation désintéressée ? Comment gérer les premières désillusions ? Comment accompagner au mieux ces êtres blessés sans se faire mal ? Tout au long du récit, face à l’échec, aux doutes et aux remises en question, un seul fil rouge habite l’auteur, qui reste convaincue du bien-fondé de son action : l’espoir.

Revue de presse

2020, Santé mentale


© éditions érès 2020 - Mentions légales

Réalisé par Glukose