Éclats du corps

  "Éclats du corps" a été ajouté au panier !

Frais de port 2€ dès 28€ d'achat
Voir mon panier

Autour du même thème

Éclats du corps


Numéro 22 - Revue annuelle

Avec la participation de Gérard AMIEL, Pascale BELOT-FOURCADE, Jean-Luc CACCIALI, Juliana CASTRO ARANTES Pierre-Christophe CATHELINEAU, Jean-Louis CHASSAING, Michèle DOKHAN, Marc ESTENNE, Christian FIERENS, Thierry FLORENTIN, Hubert GODART, Marie JEJCIC, Mônica MAGALHÀES, Mathilde MAREY-SEMPER, Marc MORALI, Cyrille NOIRJEAN, Laurent NOYON, Regnier PIRARD, Dominique Jacques ROTH, François ROUAN, Lene SCHARLING, Esther TELLERMANN Voir plus [+]

LOM a un corps et n’en a qu’un.

Une évidence bien sûr, mais une formule non sans conséquence : que le corps s’habille d’un voile pour en cacher le Réel, ou qu’il s’écrive de quelques lettres pour faire chaîne, et même si l’âme hésite toujours encore entre matérialité ou motérialité, nous ne savons pas ce que c’est que d’être vivant sinon seulement ceci, qu’un corps cela se jouit.

Cela se jouit aujourd’hui sans limites, jusqu’à en oublier, comme le dit Charles Melman, que, de cette jouissance, le corps est la réponse généreuse.   Sûr de sa consistance, son UN supposé à l’abri dans ce sac de peau fermé, le parlêtre, pourtant, son corps, il ne l’est pas.

L’homme dit : son corps, il l’a !

Il y a droit : l’homme d’aujourd’hui (contemporain ?) crée son corps à son image ! À sa botte, le corps, bonne à tout faire d’une soif de jouissance. Parfois, de croire à l’être, la parole se convertit ! Et le corps va au-devant (entgegenkommen dit Freud, mal traduit par « complaisance somatique ») des désirs indicibles, il se présente, se monstre, se sculpte, s’exporte, se fait acteur, se mêle à la conversation, s’aile à mourre…

Mais sinon, au gré de la toute-puissance, se dé-corps d’écriture, se complète de quelques dessins, quelquefois même se découpe dans un bris-collage correcteur, s’augmente, se clone, se même…

Ou encore, la copulation du langage avec le corps propre dénaturant l’organisme, le vivant se gonfle ou s’affame, s’efface dans le virtuel, et parfois même, si le corps se rebiffe, il en meurt.

Les pulsions, c’est l’écho dans le corps du fait qu’il y a un dire.

Voilà la jouissance apparolée. Lacan parle d’économie de la jouissance quand les objets de l’autre scène font leur apparition dans le monde marchand, où chacun est libre – croit-il – de réaliser l’injonction sadienne, de faire de son corps ce qui lui plaira.

Auto-affection ou fabrique d’anticorps ? Cette injonction est désormais devenue virale, selon la formule usitée sur les réseaux sociaux.

Dans la revue

La revue lacanienne

Ajouter au panier


Revue La revue lacanienne
S'abonner


Détails
Parution : 28 octobre 2021
EAN : 9782749271859
La revue lacanienne
1/2021
Thème : Psychanalyse

Imprimer cette page

Partager sur les réseaux

© éditions érès 2021 - Mentions légales - CGV - RGPD

Réalisé par Glukose