Savoir ou ne pas savoir ?

  "Savoir ou ne pas savoir ?" a été ajouté au panier !

Frais de port 3€ dès 28€ d'achat
Voir mon panier

Autour du même thème

Jean-Louis LE RUN

Savoir ou ne pas savoir ?

Une question récurrente dans la clinique de l’adoption


Numéro 93 - Revue trimestrielle

Avec la participation de Naïla AKHARBACH, Sylvie BOIVIN, Elise BUCHET, Olivia FARKAS Laurence GENDARME, Hélène GEURTS, Bernard GOLSE, Marie-Claire HAELEWYCK, Marion MILLIEX, Nathalie PARENT, Elisabeth PERRIN, Oriane PETIOT, Chantal PRONONCE-POYOL, Alexis RIMBAUD Voir plus [+]

Savoir, c’est faire entrer des représentations dans le champ cognitif, c’est acquérir une certaine maîtrise d’un domaine, c’est comprendre, c’est disposer de repères… c’est rassurant. Savoir renvoie à la transmission, mais aussi à la mémoire. Il y a le su et l’insu, le dit et le non-dit, le public, l’intime et les secrets.

Dans le champ de l’adoption, la question de « savoir ou ne pas savoir » est récurrente. On la retrouve dans la dynamique de l’agrément qui confronte le savoir des professionnels à la plus ou moins grande ignorance initiale des postulants, avec tout un travail de transmission qui s’opère des uns aux autres. Lorsqu’il s’agit d’un abandon dès la naissance ou plus tard se pose le problème de ce qui sera laissé à la connaissance de ceux qui prendront le relais et, par leur intermédiaire, à l’enfant. Et cette histoire généralement traumatique, qu’en sait l’enfant ? Quelle inscription dans sa psyché, dans son corps même ? Et que veut-il en savoir lui-même, tiraillé entre l’envie de savoir et la tentation de ne rien savoir de cette histoire blessante ? L’éventuel désir de ne pas savoir emportera-t-il avec lui d’autres pans cognitifs, compromettant les apprentissages ? Savoir qui sont les parents ayant donné la vie peut devenir une interrogation taraudante, particulièrement à l’adolescence. Certains voudront aller au pays qui les a vus naître ou prendront connaissance d’un courrier laissé à leur intention par la mère biologique. Les moyens de communication actuels, les réseaux sociaux ont transformé cette question.   Ce numéro d’Enfances et psy permettra d’aborder en profondeur ces différents aspects à partir d’interventions de praticiens.

Dans la revue

enfances & PSY

À propos de l’auteur·e
photo de Jean-Louis LE RUN

Jean-Louis Le Run est pédopsychiatre. Il est rédacteur en chef de la revue Enfances & pPSY et directeur de la collection enfances & psy - la petite collection.

Ajouter au panier


Revue enfances & PSY
S'abonner


Détails
Parution : 1 septembre 2022
EAN : 9782749274614
16x24, 192 pages
enfances & PSY
1/2022
Thème : Enfance & parentalité

Imprimer cette page

Partager sur les réseaux

Du même auteur



enfances & PSY - la petite collection
© 2009 (1ère édition 2006)
11x17 288 p. 18 €
1001 BB - Mieux connaître les bébés
© 2008 (1ère édition 2003)
11.5x16 120 p. 12 €
enfances & PSY - la petite collection
© 2006
11x17 176 p. 14 €
enfances & PSY - les dossiers
© 2004
14x20.5 152 p. 18 €
© éditions érès 2022 - Mentions légales - CGV - RGPD

Réalisé par Glukose