En visioconférence et/ou replay - 4 demi-journées : du 22 octobre 2021 au 29 avril 2022

Les enjeux du changement de monde

photo de Anne JOOS DE TER BEERST

Anne Joos de ter Beerst est psychanalyste. Elle a assuré dès le début (1989) les entretiens de demandes en pma adressées au Centre médical de la reproduction à Charleroi en Belgique et a suivi de près l’évolution de ces demandes. Elle a aussi participé aux consultations en médecine génétique. Au croisement de la médecine et de la psychanalyse, son intérêt porte sur les questions inédites que la médecine, dans son développement technoscientifique, soulève. Comment, dans ce contexte, rester à l’écoute du sujet confronté à ces nouveaux questionnements ? Elle a publié des articles dans des revues spécialisées et organisé des journées d’études sur les homoparentalités et la médecine prédictive.

photo de Jean-Pierre LEBRUN

Jean-Pierre Lebrun, psychiatre et psychanalyste, ancien président et actuellement vice-président de l’ALI et ancien président de l’association Freudienne de Belgique.

Objectifs

Cette formation vise à éclairer et à interroger le changement de civilisation dans lequel nous sommes emportés et d’en expliciter les effets cliniques aussi bien individuels que sociétaux.

Programme

Il est toujours possible de s'inscrire à cette formation.
Télécharger le programme détaillé

22 octobre 2021 de 9h à 13h : En quoi consiste notre changement de civilisation ?
en replay

10 décembre 2021 de 9h à 13h : Conséquences sur l'autorité
en replay


25 février 2022 de 9h à 13h : Conséquences sur l'altérité

L’altérité s'est anémiée au profit de la "mêmeté", de la rencontre avec seulement un semblable. Cessant d’être reconnue comme ce qui précède obligatoirement la construction de chacun, elle s'est vue progressivement réduite à une rencontre accidentelle, à laquelle l’individu, malencontreusement, risque toujours d’avoir à se confronter. L’altérité n’est donc plus considérée comme quelque chose qui est au cœur du sujet, et à partir de quoi chacun se construit : elle est aujourd’hui réduite à la "différence", qui, comme le soutient très justement le philosophe François Jullien, se perçoit toujours à partir de moi, alors que l’altérité se définit à partir de l’autre.

29 avril 2022 de 9h à 13h : Conséquences sur l'antériorité ou l'historicité

Le développement de la science, qui a entraîné l'omniprésence de la technologie numérique, de l'internet, des statistiques et algorithmes, aussi bien que la possibilité des réseaux sociaux, contribue au renversement de l’ancien modèle et à la désaffection de l’antériorité, de la tradition, au profit de la prévalence du seul présent.

 

 

ouvrage numérique remis aux participants

Infos & inscriptions

S'inscrire

4 demi-journées de 9h à 13h  (16h au total)
Dates :
22 octobre 2021 de 9h à 13h (en replay)
10 décembre 2021 de 9h à 13h (en replay)
25 février 2022 de 9h à 13h
29 avril 2022 de 9h à 13h

En visio via la plateforme ZOOM et en replay (pendant 4 mois après la formation)

Coût par personne pour les 4 demi-journées :
Formation continue : 300 €
Inscription individuelle : 160 €
Tarif réduit (étudiant, chômeur) : 60 €

Public concerné : Psychologues, éducateurs, pédagogues, parents, toute personne intéressée par notre nouveau monde et qui veut appréhender mieux ses changements

Organisme de formation enregistré sous le n°76310922331 DIRECCTE OCCITANIE
Id. Datadock n°0065390

Pour toute personne à besoins spécifiques, merci de contacter érès formations au 05 61 75 40 81.

Télécharger ici le bulletin d'inscription

Obtenez un devis sans engagement en cliquant sur le bouton « S'inscrire » et en remplissant le formulaire. L’inscription ne sera validée qu’après réception du règlement ou de la convention

Contenus

S’il fallait d’emblée, en quelques mots, identifier le changement, nous pourrions parler du passage d’une société pyramidale, où chacun se référait au sommet, y prenait son appui en recevant sa place, à une société réticulaire – en réseaux - où la référence à un surplomb n’aurait – apparemment – plus aucun sens et ne serait donc plus de mise, chacun devant y faire sa propre place. Nous sommes donc passés d’un « tous » dont chaque « un » faisait partie, à des « un par un » qui devraient arriver à faire un « tous ». Il s’agit d’identifier les effets de cette mutation très profonde sur la subjectivité de chacun et le lien social pour pouvoir les prendre en compte et construire des réponses aux difficultés singulières et collectives engendrées.
Il est prévu un temps d’échange autour de situations cliniques proposées par les participants.