Figures du surmoi

  "Figures du surmoi" a été ajouté au panier !

Voir mon panier
Ajouter au panier


Revue enfances & PSY
S'abonner


La notion de Surmoi, empruntée à la psychanalyse, est quasiment passée dans le langage courant avec des sens assez variables. On retient en général son côté interdicteur, surveillant le moi, féroce, on n'insiste pas assez sur sa dimension de socialisation, d'entrée dans la civilisation. Il est central dans les étapes de subjectivation de l'enfance, intimement lié à la formation du complexe d'Œdipe et à son recul à l'adolescence. En ce sens, le surmoi est l'héritier de l'instance parentale et du complexe d'Œdipe (unification des interdits sous le registre de l'interdit de l'inceste), mais il est aussi bien porteur de l'idéal issu de la perfection que l'enfant attribue aux parents. Si l'idéal que porte le surmoi est un puissant organisateur de la vie relationnelle et culturelle, c'est sur fond d'un malaise, nous dit Freud. Au point qu'il suppose que « la communauté développe elle aussi un surmoi dont l'influence préside à l'évolution culturelle », produisant un « surmoi collectif ».
Au regard des croisements de ces différents vecteurs, il nous a semblé fécond, pour nos pratiques avec les enfants et les adolescents, de repérer différentes figures du Surmoi pour aider à la compréhension de certaines problématiques et à l'abord d'une thérapeutique adaptée.

 

A propos des auteurs

Didier Lauru est directeur de publication de la collection Enfances & PSY (éditions érès) et psychiatre, psychanalyste.

Détails
Parution : 27 juin 2013
EAN : 9782749236407
enfances & PSY
4/2012
Thème : Enfance & parentalité

Imprimer cette page
  Du même auteur

enfances & PSY - les dossiers
© 2004
14x20.5 152 p. 18 €
© Éditions érès 2019 - Mentions légales

Réalisé par Glukose