La clinique de La Borde ou les relations qui soignent

  "La clinique de La Borde ou les relations qui soignent" a été ajouté au panier !

Voir mon panier
Menu : Sommaire   

Préface de Jean Oury

Se fondant sur l’idée simple que les relations peuvent soigner, la psychothérapie institutionnelle a changé le visage de l’institution de soin : elle en a fait une collectivité où chacun participe et s’engage, où soignants et soignés coopèrent, où il n’y a pas de murs, mais des réunions pour parler des problèmes. Ainsi, depuis les années 1950, la clinique de La Borde accueille des personnes psychotiques dans une communauté de vie qui préserve la singularité de chacun. Plaçant au centre de sa pratique le collectif, la liberté de circulation et la responsabilisation des malades, elle a fait des relations et des activités au sein de l’institution ses premiers alliés dans la proposition thérapeutique.

Le collectif à La Borde se connaît dans ses effets. Il n’est pas une chose ni même un organigramme spécifique, mais il a des conséquences observables au plan intersubjectif (celui des relations entre individus qui construisent les sujets) et politique. Le collectif est à La Borde le moteur d’une forme sociale originale que l’auteure analyse. À l’aide d’outils issus de la philosophie et des sciences sociales, elle entreprend d’en saisir la spécificité, de l’analyser, de le comprendre, dans l’objectif de nourrir d’autres pratiques dans d’autres lieux.

Mise en vente le 23 janvier 2014.


A propos de l'auteur

Docteur en philosophie, Emmanuelle Rozier est actuellement professeur de philosophie à Grenoble, au CLEPT (Collège-lycée élitaire pour tous), une unité expérimentale de l’Éducation nationale dédiée à l’accueil des décrocheurs scolaires.

Détails
Parution : 23 janvier 2014
EAN : 9782749240022
14x22, 286 pages
Etudes, recherches, actions en santé mentale en Europe
Thème : Santé mentale

Imprimer cette page
Résumé

Cet ouvrage s’intéresse à la vie quotidienne de la Clinique de la Borde comme à ce qui la structure depuis le départ : la mise en place d’un collectif soignant. En quoi le fonctionnement collectif est-il particulièrement pertinent pour traiter les psychoses en institution ?

Ce texte est traversé par une double exigence : penser la pratique, apprendre à penser à partir de la pratique. L’auteur propose des outils permettant de comprendre ce qu’est le collectif pour pouvoir l’inventer ailleurs. Ces outils sont philosophiques et issus des sciences sociales ; ils se mêlent ici à la présentation de ce qui fut l’expérience de La Borde.

© Éditions érès 2018 - Mentions légales

Réalisé par Glukose