Mon enfant m'adore

  "Mon enfant m'adore" a été ajouté au panier !

Voir mon panier

Dans une belle écriture, où se conjuguent savoir et expérience, psychanalyse et littérature, Laura Pigozzi mène une analyse rigoureuse sur les dégâts que provoquent l’évolution de la famille contemporaine et la place accordée à la mère exemplaire.

Elle analyse et met en cause les nouvelles coutumes affectives et relationnelles au sein de la famille, où le besoin de dépendance, poussé à l’extrême, pervertit toute relation. Déclinant les diverses formes sous lesquelles cette dépendance s’exprime, elle décrit avec minutie ce qu’elle appelle les « familles claustrophiles » où ce qui prévaut c’est l’amour tourné vers l’espace clos de la famille au détriment de la rencontre et de l’ouverture. Dans ces temps incertains, promouvoir la famille comme l’ultime refuge entretient une attitude de peur vis-à-vis de l’étranger qui a des conséquences sur les plans social et politique.

« J'ai écrit ce livre pour les enfants qui ont le besoin biologique, psychique et éthique de survivre au trop d'amour des parents. » L. P.


A propos de l'auteur

Laura Pigozzi est psychanalyste en Italie (Milan, Vérone), membre de la Fondation européenne pour la psychanalyse, mais aussi chanteuse de jazz et maître de chant.

 

Vidéos
Détails
Parution : 26 avril 2018
EAN : 9782749258430
14x22, 224 pages
Enfance & parentalité
Thème : Enfance & parentalité

Imprimer cette page
Résumé

Dans une belle écriture, où se conjuguent savoir et expérience, psychanalyse et littérature, l’auteur mène une analyse rigoureuse sur les dégâts que provoquent l’évolution de la famille contemporaine et la place accordée à la mère exemplaire.

Laura Pigozzi analyse et met en cause les nouvelles coutumes affectives et relationnelles au sein de la famille, où le besoin de dépendance, poussé à l’extrême, pervertit toute relation. Déclinant les diverses formes sous lesquelles cette dépendance s’exprime, elle décrit avec minutie ce qu’elle appelle les « familles claustrophiles » où ce qui prévaut c’est l’amour tourné vers l’espace clos de la famille au détriment de la rencontre et de l’ouverture. Dans ces temps incertains, promouvoir la famille comme l’ultime refuge entretient une attitude de peur vis-à-vis de l’étranger qui a des conséquences sur les plans social et politique.

Traduit de l'italien par Patrick Faugeras.

Revue de presse

2018, Le Figaro.fr


2018, La Montagne, de Florence Chédotal


2018, L'école des parents, par Émilie Gilmer


2018, Vocation Sage-femme


2018, En attendant Nadeau, par Sylvie Sesé-Léger


© Éditions érès 2018 - Mentions légales

Réalisé par Glukose