Histoire d'un sans-abri

  "Histoire d'un sans-abri" a été ajouté au panier !

Voir mon panier

Histoire d'un sans-abri

Pour une clinique de la rue

Antoine COURTECUISSE

Préface de Olivier JAN

Dans la collection :


Nouvelle édition


Menu : Vidéo Sommaire   

Claude n’a plus de domicile. Il nous livre son quotidien précaire et la complexité de sa souffrance mais aussi sa rencontre avec Christine, éducatrice dans un accueil de jour. De cette relation va naître l’espoir de la reconstruction.

Dans ce récit à la première personne, l’auteur se glisse alternativement dans la peau de Claude et dans celle de Christine. Il nous laisse découvrir le profond désespoir des personnes sans abri, toute la fragilité du travail social et les premiers temps de l’accompagnement de ces personnes en situation de grande précarité. L’accueil se doit alors d’être au ras de ce qui se vit lorsqu’on vit dehors.


A propos de l'auteur

Antoine Courtecuisse est psychiatre de secteur et responsable de l’équipe mobile psychiatrie précarité Interface à Boulogne-sur-Mer, membre du comité de rédaction de la revue Institutions.

Vidéos
Détails
Parution : 7 mars 2019
EAN : 9782749262864
11x17, 272 pages
Trames
Thème : Travail social & Handicap

Imprimer cette page
Résumé

Ce livre est un récit à propos d’un homme vivant dans la rue. Au-delà de son quotidien et de la complexité de sa souffrance, l’histoire s’attarde sur la relation que Claude va tisser avec une travailleuse sociale, Christine, au sein d’un accueil de jour où il passe quotidiennement.

La précarité reste souvent sans mot, sans lien, sans liaison. La loi du silence prédomine, en rapport à tous ces mots n’arrivant pas à signifier quoi que ce soit de l’ordre des capacités négatives, à savoir l’impuissance, l’incomplétude, l’inattendu, la résignation, l’embarras etc. Le défi ici est de dire quelque chose d’une existence précaire. Dans ce récit où l’auteur se met autant dans la peau de Claude que dans les rôles et fonctions de la travailleuse sociale, il est question d’accueil, de rencontre, d’ouverture à l’autre trop souvent perçu comme étranger à notre nature. Le lecteur est amené à percevoir les difficultés à nouer une relation avec quelqu’un de précaire, qui, au-delà des difficultés financières, a du mal à établir des liens. La partie romancée est complétée par des articles plus cliniques où l’auteur, responsable d’une équipe mobile psychiatrie/précarité, explique sa démarche et présente les différentes structures sociales impliquées dans le travail de rue.

© éditions érès 2019 - Mentions légales

Réalisé par Glukose