Être toxicomane ?

  "Être toxicomane ?" a été ajouté au panier !

Voir mon panier
Menu : Sommaire   

Faut-il théoriser pour s’occuper des toxicomanes ? L’auteur s’y est efforcé à partir de sa clinique dans les premiers centres d’accueil et en référence à la psychanalyse.

À partir de ses lectures, de discussions avec ses collègues, avec Charles Melman et Claude Olievenstein, auprès de qui il a exercé ses fonctions de thérapeute à Marmottan, Patrick Petit dégage une théorie psychanalytique serrée et sérieuse fortement liée à son expérience clinique.

Ce livre donne des bases fondamentales, toujours clairement amenées, d’une pratique raisonnée et vivante auprès des toxicomanes. Elle engage à poursuivre aujourd’hui l’élaboration de cette clinique difficile, quitte à la transformer au gré des actualités, selon la contemporanéité.

Textes établis et réunis par Alain Dufour avec Jean-Louis Chassaing et le concours de Jean-Michel Hervieu, Albert Fontaine et Charles Melman.


A propos de l'auteur

Patrick Petit (1955-2010) était psychanalyste, membre de l’ALI. Il a exercé à Jury-les-Metz, puis au Centre Marmottan, où il était estimé de tous. Le Pr. Olievenstein disait de lui : « C’est le seul lacanien que j’apprécie. » Grand lecteur de Freud et de Lacan, il s’intéressait également à la philosophie, par exemple à Franz Brentano, une des références de Freud en philosophie, ou encore à Merleau-Ponty, Il avait appris la langue allemande pour lire ces philosophes, la langue anglaise pour lire les logiciens.

Détails
Parution : 16 mai 2019
EAN : 9782749263519
11x18, 352 pages
érès poche - psychanalyse
Thème : Psychanalyse

Imprimer cette page
Résumé

Patrick Petit compare l’état de manque du toxicomane, cet état dans lequel « les organes du corps paraissent jouir chacun pour leur compte », au trou de l’autoérotisme, au manque d’image de soi. C’est autour de ce trou de l’autoérotisme causé par la drogue que le toxicomane réorganise un narcissisme.

Mais tout ce réaménagement, qui mime "en artifice" le fonctionnement psychique, est alors pris dans cette nécessité de prise de drogue, de produit avec ses effets réels. Et Patrick Petit insiste sur cet effet réel des drogues, allant jusqu’à parler de castration réelle, de coupure réelle. « La drogue tient lieu de castration » chez les toxicomanes pour lesquels la drogue est suppléance et non pas seulement supplément.

© éditions érès 2019 - Mentions légales

Réalisé par Glukose