Nous ne voulons pas vieillir seuls !

  "Nous ne voulons pas vieillir seuls !" a été ajouté au panier !

Frais de port 2€ dès 25€ d'achat
Voir mon panier
Menu : Sommaire   

Nous ne voulons pas vieillir isolés, invisibles et désinvestis par la communauté des humains ! Vivre longtemps expose à une souffrance inenvisagée : celle de l’isolement social qui génère cette sensation tellement douloureuse d’être seul. Il faut trouver des solutions collectives pour que le temps de vie gagné se déroule dans la cité. Et non dans la solitude de son domicile.

Comment relever le défi de vivre vieux en restant en liens ?

- en refusant de se laisser disqualifier au prétexte d’un trop grand âge ou de fragilités ;

- en osant demander de l’aide à des professionnels qualifiés ;

- en choisissant un habitat ouvert sur les autres ;

- en réclamant des territoires accessibles ;

- en réinventant les relations intergénérationnelles.

Le ton de Véronique Châtel est vif. Elle brosse le portrait de nombreux acteurs – des vieux qui ont dit « non », des professionnels engagés – pour changer la place des personnes âgées dans notre société : oser être, ne plus se retrancher, refuser d’être maintenu à domicile dans l’isolement.


A propos de l'auteur

Véronique Châtel, journaliste, mène depuis une vingtaine d’années, pour la presse et l’édition, des enquêtes et des reportages sur les défis sociaux de l’avancée en âge. En 2017, avec les éditions Scrineo, elle a créé la revue Aider, destinée aux proches aidants, dont elle est la rédactrice en chef. Par ailleurs, elle développe des actions intergénérationnelles autour de l’écriture et, en tant que bénévole d’une association, elle propose des visites à des résidents de maisons de retraite.

Détails
Parution : 6 février 2020
EAN : 9782749265957
11x17, 160 pages
L'âge et la vie - prendre soin des personnes âgées et des autres
Thème : Gérontologie

Imprimer cette page
Résumé

Vivre longtemps est une conquête. C’est ainsi qu’on nous présente le fait de pouvoir vivre dix à quinze ans de plus que la génération de nos grands-parents et arrière-grands-parents. Alors quel choc lorsque des personnes ayant réussi à jouer les prolongations et atteignant des âges très avancés regrettent de n’être pas déjà mortes. C’est Juliette, 93 ans, qui soupire : « Ça n’est pas facile de vivre si longtemps. » Pas facile ? « À quoi, ça sert ? Vous êtes la première personne à qui je parle aujourd’hui. » Vivre longtemps expose à une souffrance inenvisagée : celle de l’isolement social qui génère cette sensation tellement douloureuse d’être seul.

On le sait, l’être humain a besoin de contacts et de relations avec les autres pour se sentir vivant, et ne pas devenir fou. Un excès de solitude peut favoriser l’apparition de troubles psychiatriques.
Ce que l’on ne sait pas en revanche, c’est comment développer, ou au moins entretenir, des liens sociaux et amicaux tout au long de sa vie.
Au-delà du constat de l’isolement des gens qui vieillissent longtemps, ce livre apporte des solutions pour vieillir en liens – habitats ouverts sur les autres, accessibilité du territoire, relations intergénérationnelles réinventées – et donne la parole à des vieux qui résistent à l’invisibilité en n’ayant pas honte de leurs fragilités.

© éditions érès 2020 - Mentions légales

Réalisé par Glukose