Entretien avec Geneviève Appell et Anna Tardos


par Marie-Françoise Dubois-Sacrispeyre
le 12 sept. 2019

   Anna Tardos, psychologue, a dirigé l’institut Pikler Lóczy
   à Budapest de 1998 à 2011.
   Elle a rédigé la préface du livre de Geneviève Appell :
   Les premières années de Bébé.
   Nous avons imaginé un petit dialogue
   qui emprunte à cette préface et à l’introduction
   pour vous présenter ce livre illustré qui est 
   pour nous un véritable événement.

 

 

 

 

 

Anna Tardos : Dans quelle catégorie pourrait-on ranger l’ouvrage de Geneviève Appell ? Est-ce un livre de chevet avec ses conseils pratiques ? Un guide à l’intention des parents ? Bien que de nombreuses recommandations concrètes puissent y être trouvées, là ne réside pas la raison principale qui me motive à en recommander la lecture. Ce livre s’adresse à toutes les personnes qui sont tant soit peu intéressées par les jeunes enfants ; à celles qui désirent comprendre le miracle du développement ; qui veulent comprendre comment peuvent « cohabiter », coexister la dépendance totale du nourrisson et les manifestations admirables de sa « mini-compétence ». Cet ouvrage a pour sujet un soin inhabituel donné au bébé. Un soin, réfléchi et empathique, qui laisse libre cours à la compétence de l’enfant. Compétence toujours en évolution et qui va s’élargissant et s’intensifiant. Un soin qui le comprend, lui, le bébé, et qui respecte le besoin qu’il a de pouvoir exercer cette compétence.

Marie-Françoise Dubois-Sacrispeyre : Geneviève, qu’est-ce qui vous a poussé, à plus de 90 ans, à vous lancer dans la rédaction d’un livre illustré, en phase avec notre époque multimédia, alors que dans votre vie professionnelle, vous avez surtout publié des recherches scientifiques ?

Geneviève Appell : Notre époque, avec ses rapides et importantes transformations sociétales, affaiblit la place qui était celle des transmissions ancestrales autour des bébés et jeunes enfants. Parents et professionnels sont face à de nouvelles questions et souvent démunis pour y répondre. Ce livre souhaite être un outil aidant chacun à trouver son chemin avec un tout-petit. Son objectif est de faire comprendre comment les processus innés du développement du bébé sont influencés par les soins et par l’environnement qui lui sont offerts. Il traite des deux premières années de vie avec des incursions dans les mois suivants. Je me suis appuyée sur les propositions de soins et d’éducation élaborées par Emmi Pikler, pédiatre hongroise, à partir de ses découvertes sur le développement du tout-petit (voir czy ou le maternage insolite).

MFDS : Vous avez contribué avec Myriam David à faire connaître aux professionnels de l’enfance les idées et les recherches qu’Emmi Pikler a mis en œuvre à la pouponnière de la rue Lóczy à Budapest. Mais aujourd’hui, vous souhaitez vous adresser aussi aux parents. 

GA : C’est parce que j’ai été témoin de ce que ce « Prendre soin piklérien » apporte d’épanouissement à l’enfant, de sérénité à ses parents et de plaisir professionnel à ses soignants qu’est né en moi le désir d’une large diffusion de ces idées. C’est aussi parce que je suis préoccupée par le nombre d’enfants qui, à l’heure actuelle, présentent des troubles du sommeil, de l’appétit et de l’attention ; et que je pense que les recommandations d’Emmi Pikler sont de nature à les protéger de ces difficultés.

Bien sûr, cette proposition s’adresse aux parents qui se sentent en affinité avec cette attitude envers la « personne en devenir » qu’est le bébé. Elle ne saurait être regardée comme le seul et incontournable chemin possible ! Il est tant de voies pour élever un enfant et tant de facteurs y entrent en jeu. 

MFDS : En quoi le « prendre soin piklérien » se différencie-t-il des nombreuses recettes éducatives qui fleurissent sur les tables des libraires ?

En apparence, le « Prendre soin piklérien » reste proche de nos manières d’être et modes de faire habituels. Il n’a rien « d’exotique ». En fait, il s’en différencie en profondeur par des détails, parfois minimes mais porteurs d’effets importants puisqu’ils changent le positionnement de l’adulte à l’égard de l’enfant, même nouveau-né. Cela rend sa transmission particulièrement difficile, ce qui m’a conduite à illustrer mes propos par de nombreuses vignettes prises sur le vif, à proposer des photos et des vidéos2 apportant ainsi une forme de concrétisation.

AT : Par sa connaissance profonde de l’homme et de l’enfant, Geneviève Appell, la psychologue, avec une simplicité extrême et de manière convaincante, nous montre dans le bébé l’humain en train de se déployer ainsi que les processus internes mis en jeu dans « l’accordage » entre l’adulte et l’enfant. Cet ouvrage est une invitation à ne pas seulement regarder l’enfant mais aussi à le voir, le voir comme de l’intérieur afin de pouvoir découvrir, admirer ce bébé, ce jeune enfant. Certaines découvertes auxquelles nous conduisent la lecture de ces lignes, non seulement transforment notre regard – comment nous voyons le bébé – mais aussi nous confortent dans l’importance d’un soin d’une certaine qualité. Cette qualité qui lui « assure » l’espace nécessaire à l’épanouissement de ses capacités et qui est basée sur la coopération avec lui.

MFDS : En plus des très nombreuses photos et vidéos commentées, des descriptions minutieuses des dessins de Klara Pap, vous avez tenu à rassembler dans des malles à détails, qui sont loin d’être « des détails », des éléments précis et concrets sur l’environnement propice au développement de Bébé.

GA : Les détails, essentiels à transmettre, sont rassemblés dans des « malles à détails » au fil des chapitres. Le lecteur désireux de saisir le caractère général de l’approche piklérienne pourra les laisser de côté tandis que celui qui voudra acquérir une connaissance minutieuse et précise du prendre soin s’y plongera.


AT : À travers sa compréhension du bébé, Geneviève aide le lecteur, de manière captivante, à se mettre en harmonie avec lui, petit être dont nous ne savons pas exactement ce qu’il ressent, ce qu’il pense, puisqu’il vit dans une autre dimension, un autre monde que le nôtre. La sympathie, l’empathie de l’auteure à l’égard de l’adulte, des parents et de l’éducateur, se révèlent également. L’auteure n’enseigne pas, ne donne pas de leçons, ne juge pas, mais décrit avec compréhension ce que l’adulte qui s’occupe du bébé peut ressentir de difficultés, et pourquoi. Geneviève Appell est une psychologue exemplaire et véritable, dans le sens le plus noble du terme. Elle ne jongle pas avec des notions psychologiques. Chaque mot, chaque ligne rayonne, le long de son ouvrage, de compréhension et d’estime. C’est un ouvrage d’empathie et de considération envers l’homme, qu’il soit adulte ou jeune enfant, voire nourrisson vivant ses premières expériences.

GA : Je souhaite que chaque lecteur/spectateur, à la place où il se trouve, puise dans les pages et images qui suivent des idées qui l’inspireront dans sa réflexion autour de cette toute première étape de la vie.
 

À propos

Retrouvez chaque mois le texte de l'un de nos auteurs sur des sujets d'actualités

© Éditions érès 2019 - Mentions légales

Réalisé par Glukose