Exclusion, maladie d'Alzheimer et troubles apparentés : le vécu des aidants

  "Exclusion, maladie d'Alzheimer et troubles apparentés : le vécu des aidants" a été ajouté au panier !

Frais de port 2€ dès 25€ d'achat
Voir mon panier
Exclusion, maladie d'Alzheimer et troubles apparentés : le vécu des aidants

Philippe PITAUD

Exclusion, maladie d'Alzheimer et troubles apparentés : le vécu des aidants


Avec la participation de Rui ABREU, José Luis C. BOSCH, Alice CROC, Maria DE LOURDES QUARESMA Carla FACCHINI, Dinah FEREIRA CALADO, Jacques GAUCHER, Filipa GOMES, Antonio GUAITA, Paula Oliveira GUIMARAES, Marie-Jo GUISSET-MARTINEZ, Laëtitia MIGLIORE, Fernando Micael PEREIRA, Gérard RIBES, Marika RICHETTO, Éric SANCHEZ, Céline VALARCHER, Marion VILLEZ Voir plus [+]

Les démences de type Alzheimer produisent une attaque des liens familiaux et donc des liens généalogiques. Le parent dément perturbe profondément une partie de la mémoire de la famille, ce qui produit une désidentification réciproque, c'est-à-dire une désaffiliation ainsi qu'une désappartenance : chacun perd son sens, son identité, son statut aux yeux de l'autre. La famille du parent malade fait souvent le deuil symbolique de celui-ci avant même qu'il soit mort car elle ne le reconnaît plus.

Si l’exclusion sociale peut être à l'origine de problèmes de santé, la maladie elle-même peut être source d'exclusion. La personne démente souffre de sa maladie d'un point de vue psychologique : elle a honte de ses pertes de mémoire et se voit régresser, ce qui provoque chez elle un fort sentiment de culpabilité et parfois une montée d'agressivité. La famille peut avoir honte également du comportement de son parent en société. Les enfants expriment le sentiment paradoxal d'être devenus « parents de leur parent ». Les familles s'empêchent de parler de leurs difficultés, pensant qu'on ne peut pas les comprendre. Elles manquent d'interlocuteurs, se sentent marginalisées, parfois disqualifiées par rapport aux soignants, et souffrent d'isolement.

Cet ouvrage correspond à l’étape finale d’un programme de recherche du Réseau gérontologique des pays de l’Europe du Sud : des chercheurs, des praticiens-chercheurs, des professionnels du secteur médico-social et des familles exposent ici leurs constats et leurs analyses dans le but de proposer des réponses adaptées à ces situations difficiles.

Philippe Pitaud est directeur de l’Institut de gérontologie sociale (Marseille), professeur associé à l’université de Provence, directeur du DESS-AGIS et du DUGA.

Mise en vente le 5 octobre 2006

Dans la collection

Pratiques du champ social - gérontologie

A propos de l'auteur

Philippe Pitaud président de l’Institut de gérontologie sociale à Marseille, professeur honoraire à l’université d’Aix-Marseille (amu), département des neurosciences. Il est, depuis près de quarante ans, praticien, chercheur et enseignant dans le champ de la gérontologie sociale – avec la création et l’animation, durant vingt-six ans, d’un master intitulé « Action gérontologique et ingénierie sociale ». Il a à son actif un grand nombre de publications (articles, ouvrages, rapports de recherche) et est cofondateur et codirecteur des collections Pratiques du champ social et Pratiques du champ social - gérontologie aux éditions érès.

Détails
Parution : 1 janvier 2007
(1ère édition 2006)
EAN : 9782749206523
13.5x21, 320 pages
Pratiques du champ social - gérontologie
Thème : Gérontologie

Imprimer cette page

Partager sur les réseaux


Du même auteur



L'âge et la vie - prendre soin
18 février 2021
11x17 250 p. 12 €
Pratiques du champ social
© 2018
13.5x21 300 p. 25 €
Pratiques du champ social
© 2013
13.5x21 224 p. 20 €
Pratiques du champ social
© 2011
13.5x21 256 p.
Numérique uniquement
© éditions érès 2020 - Mentions légales - CGV - RGPD

Réalisé par Glukose