Clinique du pouvoir

  "Clinique du pouvoir" a été ajouté au panier !

Voir mon panier



L'actualité - en France et à l'étranger - ne le démentira pas : le pouvoir possède des aspects profondément mortifères. À distance des combats engagés aujourd'hui pour le conquérir ou le conserver, Eugène Enriquez s'intéresse aux figures néfastes du pouvoir, non pour céder à quelque fatalisme, mais bien au contraire pour en comprendre les racines inconscientes, les emprises sociales et pour permettre aux individus et aux groupes de saisir ce qui les conduit au mépris de l'autre et à l'émergence du désir de sa mort physique ou psychique.

La possibilité d'un pouvoir qui serait essentiellement « bon », le travestissement de celui-ci en simple autorité ou en un ensemble de décisions rationnelles ayant pour but le seul « bien commun » sont analysés et placés, par l'auteur, au rang d'illusions rassurantes et mystificatrices. En revanche, pour explorer ce qui constitue l'énigme du pouvoir, il étudie ses fondements et ses liaisons avec la sexualité, la guerre, la mort, l'argent, le désir de soumission...

Au carrefour de la sociologie, de la psychosociologie, des sciences politiques et de la psychanalyse, sa réflexion met en lumière les caractéristiques occultées, refoulées et réprimées du pouvoir, qui n'en sont pas moins opérantes, dans l'objectif de nous aider à devenir des « êtres avisés, insensibles aux blandices qu'on nous offre et rétifs aux croyances facilement et communément partagées, des êtres de doute et aussi de conviction qui savent qu'aucun sauveur n'est là pour les prendre en charge et leur indiquer la bonne voie. »

Eugène Enriquez, professeur honoraire de sociologie à l'université de Paris 7, est corédacteur en chef de la Nouvelle revue de psychosociologie (érès).

Mise en vente le 05 avril 2012

 


A propos de l'auteur

Eugène Enriquez, professeur honoraire de sociologie à l’université de Paris 7.

Il a été rédacteur en chef de la Nouvelle revue de psychosociologie, aux éditions érès, avec Gilles Amado.

Détails
Parution : 5 avril 2012
(1ère édition 1997)
EAN : 9782749216140
14x22, 256 pages
Sociologie clinique
Thème : Société

Imprimer cette page
Résumé

Le projet de cet ouvrage est de souligner les aspects profondément mortifères du pouvoir, non pas pour s'y complaire mais, en essayant de comprendre ses racines inconscientes et ses emprises sociales, en décryptant ses diverses figures, de permettre aux individus et aux groupes de saisir ce qui les conduit au mépris de l'autre et à l'émergence du désir de sa mort physique ou psychique.

L´ouvrage a pour but d´analyser le problème du pouvoir et les diverses figures qu´il peut présenter. Il articule les approches sociologique, anthropologique, politique, psychosociologique et psychanalytique pour étudier les fondements du pouvoir et ses liaisons avec la sexualité, la guerre, la mort, l´argent, le désir de soumission, mais également la vie et la bonté. Le pouvoir est abordé aussi bien au niveau macrosociologique (l´État), qu´aux niveaux psychosociologique (les relations du pouvoir) et psychologique (la manière dont est vécu le pouvoir par ceux qui l´exercent et par ceux qui s´y soumettent). L'auteur pose alors un problème essentiel : un pouvoir dépourvu de fondements et d´incidences mortifères peut-il exister ?

Eugène Enriquez est professeur émérite de sociologie à UFR de Sciences sociales de Paris 7 (spécialisations étude de la dynamique des groupes, sociologie des organisations, sociologie politique, sociologie du pouvoir), cofondateur de l´Association pour la recherche et l´intervention psychosociologique (ARIP) : première association française de psychosociologie, cofondateur et corédacteur en chef, pendant plusieurs années, de la revue Connexions (éres), cofondateur (1993) du Centre international de recherche, formation et intervention psychosociologique (CIRFIP), cofondateur et corédacteur en chef de la Nouvelle revue de psychosociologie (érès), membre de l´Association internationale de sociologie et de l´Association internationale de langue française. Il a été professeur invité ou conférencier auprès de nombreuses universités étrangères : Belgique, Suisse, Italie, Brésil, Portugal, Grèce, Tunisie, Algérie, Argentine, Uruguay, Japon, Chine. Il a publié De la horde à l´Etat (Gallimard, 1983, traduit en portuguais, italien, grec, turc) ; L´organisation en analyse (PUF, 1992 ; traduit en portuguais) ; Les jeux du pouvoir et du désir dans l´entreprise (DDB, 1997) ; La face obscure des démocraties modernes, avec Claudine Haroche (érès, 2002 ; traduit en grec) et a été codirecteur du Vocabulaire de psychosociologie (érès, 2002 ; traduit en italien et en portuguais ; réédition actualisée prévue en 2012).

Revue de presse

2012, Libération, par Robert Maggiori


2013 - Connexions n° 99 - Claude Tapia


  Du même auteur

Questions de société
© 2013 (1ère édition 2002)
15x21 592 p. 25 €
Sociologie clinique
© 2002
11x19 120 p.
Numérique uniquement
© Éditions érès 2019 - Mentions légales

Réalisé par Glukose