Une démocratie sans autorité ?

  "Une démocratie sans autorité ?" a été ajouté au panier !

Voir mon panier
Menu : Vidéo Sommaire   

Lire l'entretien avec Alain Eraly

L’institution de l’autorité fait aujourd’hui l’objet d’une remise en cause profonde. Au sein de la famille comme à l’école, dans la sphère du travail comme en politique, de Nuit debout aux Gilets jaunes, les signes de la crise se multiplient. Mais cette crise, qui est sans cesse évoquée tantôt pour s’en réjouir, tantôt pour la déplorer,  d’où vient-elle au juste ? Et quelles sont ses répercussions ? Cet ouvrage en propose une interprétation générale.

Pour l’essentiel, la crise de l’autorité est une bonne nouvelle, son érosion engage toute notre modernité et rien ne saurait justifier de faire machine arrière. Il reste que ce déclin affecte en profondeur nos formes de vie et nos institutions. Partout, le besoin d’autorité se fait sentir, mais une autorité au service de la démocratie, du débat public, des droits et des devoirs, de la justice et l’équité, de la transmission des valeurs fondamentales, de la défense du commun contre l’emprise des intérêts privés, de l’adaptation des modes de vie à l’urgence écologique. Tout retour en arrière est proscrit : l’autorité est donc à réinventer.


A propos de l'auteur

Alain Eraly est professeur à l’université libre de Bruxelles et membre de l’Académie royale des sciences, des lettres et des beaux-arts de Belgique. Il enseigne la sociologie, la communication et la gestion publique.

Vidéos
Détails
Parution : 5 septembre 2019
EAN : 9782749264462
14x22, 256 pages
Sociologie clinique
Thème : Société

Imprimer cette page
Résumé

De la famille à la politique, la crise de l’autorité touche à peu près tous les responsables dans toutes les institutions. La perte de légitimité du politique et la crise des Gilets jaunes offrent une illustration frappante des raisonnements développés dans cet ouvrage. L’enjeu n’est pas d’apprendre à vivre sans autorité, mais d’engendrer des formes d’autorité plus respectueuses des valeurs de notre temps.

Pour l’essentiel, la crise de l’autorité est une bonne nouvelle, son érosion engage toute notre modernité et rien ne saurait justifier de faire machine arrière. Il reste que ce déclin affecte en profondeur nos formes de vie et nos institutions. Partout, le besoin d’autorité se fait sentir, mais une autorité au service de la démocratie, du débat public, des droits et des devoirs, de la justice et l’équité, de la transmission des valeurs fondamentales, de la défense du commun contre l’emprise des intérêts privés, de l’adaptation des modes de vie à l’urgence écologique. Tout retour en arrière est proscrit : l’autorité est donc à réinventer.

  Du même auteur



Sociologie clinique
© 2015
14x22 256 p. 25 €
© éditions érès 2019 - Mentions légales

Réalisé par Glukose