Éloge de la perte

  "Éloge de la perte" a été ajouté au panier !

Frais de port 2€ dès 25€ d'achat
Voir mon panier
Menu : Sommaire   

 

Préface de Roland Gori

En prenant à rebrousse-poil les langages dominants, Jean-Richard Freymann propose un éloge de la perte, subversif, contrastant avec les idéologies thérapeutiques qui cultivent l’avoir, l’adaptation et une guérison pensée en termes de protocoles et d’évaluations, soutenant que la psychanalyse est une école de création.

La question de l’objet est ici envisagée à la fois dans l’actualité et dans les perspectives de la cure analytique avec cette hypothèse qui traverse l’ouvrage : si on est prêt à perdre de la consistance de l’objet, le désir inconscient se développe et le sujet se déplie. Mais quelles en sont les conditions incontournables ? L’auteur rappelle par là que l’objet en psychanalyse est mosaïque : objet narcissique, objet Moi, objet spéculaire, objet partiel, objet a, et que son destin est singulier dans le temps psychique. Il propose aux professionnels et aux gens de culture plusieurs genèses de l’objet que « le temps pour comprendre » révèle : objet phobique, objet fétiche, objet transgénérationnel, à partir d’un nouveau modèle de la constitution subjective qui passe par Franz Kafka, François Villon, Saint Augustin, Ray Charles.

En coédition avec Arcanes.

Mise en vente le 16 avril 2015.


A propos de l'auteur

Jean-Richard Freymann est psychanalyste, psychiatre, praticien hospitalier au CHU de Strasbourg, chargé d’enseignements à l’université de Strasbourg (UDS). Il est le président de la FEDEPSY (Fédération européenne de Psychanalyse), le directeur de l’EPS (École psychanalytique de Strasbourg) ainsi que directeur scientifique des éditions Arcanes.

Détails
Parution : 16 avril 2015
EAN : 9782749247496
11x18, 264 pages
Hypothèses
Thème : Psychanalyse

Imprimer cette page
Résumé

Penser d’une part les rapports du sujet aux objets dans la culture et d’autre part comment s’articulent le sujet et l’objet dans les différentes théories psychanalytiques.

En prenant à rebrousse-poil les langages dominants, l’auteur propose ici un éloge de la perte, subversif, contrastant avec les idéologies thérapeutiques qui cultivent l’avoir, l’adaptation et une guérison pensée en termes de protocoles et d’évaluations, soutenant que la psychanalyse est une école de création.

  Du même auteur



Hypothèses
© 2020
15x22 176 p. 19.50 €
Hypothèses
© 2018
15x21 128 p. 19.50 €
© éditions érès 2020 - Mentions légales

Réalisé par Glukose