Liens aidants / aidés en famille pour le meilleur et pour le pire

  "Liens aidants / aidés en famille pour le meilleur et pour le pire" a été ajouté au panier !

Voir mon panier

Liens aidants / aidés en famille pour le meilleur et pour le pire


Numéro 216 - Revue trimestrielle

Hélène DAVTIAN, Régine SCELLES

Avec la participation de Florence BECAR, Catherine CALECA, Clémence DAYAN, Nayla DEBS, Monique DUPRE, Marion FELDMAN, Roméo FONTAINE, Sarah HAMMAMI, Christian LAMOTTE, Jean-Baptiste MARCHAND

Dans la revue :

Ajouter au panier

Cet ouvrage est à paraître
Vous pouvez le commander dès à présent et il vous sera envoyé le jour de sa parution.

Revue Dialogue
S'abonner

Menu : Sommaire   

8,5 millions d’aidants accompagnent quotidiennement un proche malade. Sous le vocable « aidant familial » s’entendent des réalités très diverses : utilisée par les économistes de la santé, les sociologues, les politiques qui définissent la distribution de l’aide, cette notion interroge aussi les professionnels qui soutiennent les dimensions intimes et interrelationnelles dans les familles dont l’un des membres est vulnérable. Le terme « aidant
familial », ou parfois « aidant naturel », porte en lui la tension entre la sphère sociale et la sphère intime : « aidant » évoque un rôle, une fonction plus ou moins attendue, plus ou moins définie suivant les sociétés dans lesquelles on vit, « familial » évoque une relation impliquant la différence des sexes et des générations. Qu’il s’agisse d’un parent, d’un conjoint, d’un frère, la fonction d’aidant, reconnue, nommée, valorisée, institutionnalisée a des conséquences sur les liens familiaux.

Ce numéro ouvre une réflexion sur la place grandissante des aidants familiaux dans les systèmes de santé occidentaux. Il interroge le positionnement de ce soutien individuel versus une conception plus sociétale, plus collective, de l’aide à apporter aux personnes vulnérables et fragiles. Si ce mouvement est souvent pensé en termes d’augmentation des compétences, voire de professionnalisation des aidants, il est important de questionner les limites de cette aide pour préserver les relations, d’étudier ses effets sur les rapports entre l’aidant et l’aidé et sur la vie de famille.

A propos des auteurs

Régine Scelles est professeur de psychologie clinique et psychopathologie à l’université de Paris-Ouest la Défense (ClipsyD). Elle a une grande expérience de travail à domicile et a mené des recherches sur la famille et plus particulièrement sur la fratrie de l’enfant, l’adolescent et l’adulte en situation de handicap. Elle a publié des livres sur la famille et sur le polyhandicap dont Liens fraternels et handicap (érès, 2010). Elle est membre fondateur du SIICHLA et dirige la revue Dialogue.

Détails
Parution : 29 juin 2017
EAN : 9782749255385
Dialogue
2/2017
Thème : Enfance & parentalité

Imprimer cette page
  Du même auteur

© Éditions érès 2017 - Mentions légales

Réalisé par Glukose