Debout pour nos métiers du travail social !

  "Debout pour nos métiers du travail social !" a été ajouté au panier !

Voir mon panier

Le travail social est « un sport de combat ». Devant les réformes qui modifient l’exercice de leurs métiers, les auteurs se mobilisent collectivement pour défendre leur histoire, leurs pratiques et leurs formations.

Notre modèle social, nourri d’égalité et de solidarité, n’est pas qu’affaire de droits, d’allocations et de services. Pour les différents métiers du travail social, qui sont, quoi qu’en disent certains, bien adaptés aux exclusions et souffrances actuelles, la qualité de la relation doit rester centrale dans une clinique singulière du quotidien et des circonstances. La parole dédiée en est l’outil de base, elle s’impose et mérite considération. La relation clinique, tout comme la relation éducative, est et doit rester l’exact opposé de la relation client.

Contre le social bussiness et pour une solidarité organisée et durable, les professionnels du travail social souhaitent légitimement faire bouger les lignes depuis qu’il est question de « réingénieriser » de façon autoritaire leurs professions, sans doctrine globale faisant projet commun, ni véritable engagement public sur le sens et la nécessité de la protection sociale aujourd’hui au XXIe siècle.


A propos des auteurs

Michel Chauvière est sociologue, directeur de recherche émérite au CNRS, CERSA, Université Paris 2.

Didier Bertrand est éducateur spécialisé, directeur d’un service de protection de l’enfance dans les Yvelines.

Jean-Sébastien Alix est sociologue, formateur en éducation spécialisée à l'IUT de Lille, Ceries-Lille3/Cadis-EHESS.

Jean-Marc Brun est éducateur de jeunes enfants, formateur et directeur adjoint du CERPE à Aubervilliers.

Gabrielle Garrigue est éducatrice spécialisée, formatrice à l’IRTS de Montrouge-Neuilly-sur-Marne.

Détails
Parution : 4 janvier 2018
EAN : 9782749257082
12x19, 200 pages
Questions de sociétés
Thème : Société

Imprimer cette page
Résumé

Le travail social est « un sport de combat ». Devant les réformes qui modifient l’exercice de leurs métiers, les auteurs se mobilisent collectivement pour défendre leur histoire, leurs pratiques et leurs formations.

Les différents métiers du travail social constituent une richesse collective bien adaptée à la complexité des exclusions et souffrances et ne représentent pas un archaïsme salarial attaché au siècle dernier comme certains libéraux se plaisent à le dire ! Pour tous ces métiers, la qualité de la relation doit rester centrale dans une clinique singulière du quotidien et des circonstances. La parole dédiée en est l’outil de base, elle s’impose et mérite considération. La relation clinique, tout comme la relation éducative, est et doit rester l’exact opposé de la relation client !

Revue de presse

2018, La Gazette Santé Social


© Éditions érès 2018 - Mentions légales

Réalisé par Glukose