Manifeste déiste d'un psychanalyste juif

  "Manifeste déiste d'un psychanalyste juif" a été ajouté au panier !

Voir mon panier

 

L’influence des religions, en particulier sous une forme intégriste voire sectaire, et les limites des athéismes associés à des sociétés totalitaires relancent la question de Dieu dans le monde contemporain. Depuis Freud, « juif infidèle », comme il se définit, jusqu’à Lacan, pour qui la « religion vraie », c’est la catholique, la question de la religion, de la religiosité mais aussi de la fonction psychique et sociale de Dieu traverse la psychanalyse à partir du fondement de la relation à l’Autre, qu’il soit représenté par la Mère, le Père ou le Maître.

Jean-Jacques Rassial associe cette figure de l’Autre, restée énigmatique chez Lacan, au Dieu paradoxal des juifs, conçu comme irrémédiablement à la fois immanent et retiré du monde. Dieu serait alors le nom de l’Autre en tant qu’il n’a pas besoin d’existence ni de présence et sans incarnation possible.

En suivant la tradition juive en particulier selon l’approche de la Kabbale et certains penseurs juifs de Spinoza à Hans Jonas, en passant par Adolphe-Isaac Crémieux et Mordecaï Kaplan, l’auteur développe une conception déiste, donc ni religieuse ni athée, issue du judaïsme qui serait pertinente pour penser le statut de l’Autre et de l’altérité dans la psychanalyse. Loin d’un athéisme totalitaire autant que d’une supposée religiosité, elle permettrait de concevoir une laïcité proposée aussi aux héritiers d’autres traditions.


A propos de l'auteur

Jean-Jacques Rassial est psychanalyste, membre d’Espace analytique, professeur des universités.

Vidéos
Détails
Parution : 4 octobre 2018
EAN : 9782749261492
14x22, 184 pages
Point hors ligne
Thème : Psychanalyse

Imprimer cette page
Résumé

La question de Dieu est relancée, dans le monde contemporain, par les religions et les limites des athéismes. L’auteur développe une conception déiste, donc ni religieuse ni athée, issue du judaïsme, qui serait pertinente pour penser le statut de l’Autre et de l’altérité dans la psychanalyse.

L’influence des religions, en particulier sous une forme intégriste voire sectaire, et les limites des athéismes associés à des sociétés totalitaires relancent la question de Dieu dans le monde contemporain. Depuis Freud, « juif infidèle », comme il se définit, jusqu’à Lacan, pour qui la « religion vraie », c’est la catholique, la question de la religion, de la religiosité mais aussi de la fonction psychique et sociale de Dieu traverse la psychanalyse, à partir du fondement de la relation à l’Autre, qu’il soit représenté par la Mère, le Père ou le Maître. La dimension juive de la psychanalyse s’inscrit dans une orientation déiste (un dieu en retrait du monde) en rapport avec la tradition juive et ses conceptions modernes, depuis Spinoza jusqu’à Hans Jonas.

Revue de presse

2018, Toutelaculture.com


  Du même auteur

érès poche - psychanalyse
© 2017
11x18 208 p. 12 €
érès poche - psychanalyse
© 2016
11x18 208 p. 13 €

Inédit
Point hors ligne
© 2011
14x22 160 p. 20.50 €
Actualité de la psychanalyse
© 2010 (1ère édition 1996)
11x18 208 p. 12.50 €

Nouvelle édition
© Éditions érès 2018 - Mentions légales

Réalisé par Glukose