Qui a peur de se dire lacanien ?

  "Qui a peur de se dire lacanien ?" a été ajouté au panier !

Voir mon panier
Ajouter au panier

Cet ouvrage est à paraître
Vous pouvez le commander dès à présent et il vous sera envoyé le jour de sa parution.

Revue Essaim
S'abonner


Menu : Sommaire   

La psychanalyse, et particulièrement le nom de Lacan, n’est pas aujourd’hui en odeur de sainteté et certains peuvent avoir honte de se dire lacaniens ou simplement de faire référence à Lacan. Au-delà de ses aspects polémiques, le terme « lacanien » est un enjeu dans la défense de la psychanalyse. Que signifie-t-il pour les analystes mais aussi pour les non-analystes ? Pour ces derniers, il pose la question des paradigmes issus de la psychanalyse, exportables dans d’autres champs, comme le fut par exemple le structuralisme en son temps. La thèse de l’absence de métalangage, que Lacan partage avec Wittgenstein, constitue à cet égard une « parade à la canaillerie » tant psychanalytique que philosophique.

Pour les analystes, il faut distinguer « se dire lacanien », qui renverrait à une identification intime d’un dire soutenant un engagement averti dans la pratique analytique, de « être-dit lacanien » par d’autres, qu’ils en partagent ou non l’acception. Quoi qu’il en soit de ces deux registres pour les analystes, il reste à définir l’articulation qui les réunit. Rejoint-elle celle de l’intension et de l’extension de la psychanalyse ? En quoi l’usage de l’adjectif « lacanien » à partir du nom propre de Lacan est-il transformé par le fait que ce dernier s’est dit freudien ? Et comment par là oriente-t-il la transmission de l’héritage freudien dans les discours ?

 

Détails
Parution : 11 avril 2019
EAN : 9782749263588
Essaim
1/2019
Thème : Psychanalyse

Imprimer cette page
© Éditions érès 2019 - Mentions légales

Réalisé par Glukose