Benoît LESAGE

photo de Benoît LESAGE

Photo HD   

Benoît Lesage est praticien et formateur en approches psychocorporelles et somatiques, danse-thérapeute, danseur, docteur en sciences humaines et médecin. Il a été médecin de la Fédération française de danse et maître de conférences en staps.
Conférencier, il est chargé de cours dans divers cursus de psychomotricité, il ancre sa réflexion théorique et clinique dans une pratique qui va du sport aux arts énergétiques en passant par l’expressivité et la thérapie manuelle. Il a publié La danse dans le processus thérapeutique (érès 2006, rééd. 2018) et Jalons pour une pratique psychocorporelle (érès 2012, rééd. 2017, régulièrement réimprimés.

 

Né en 1957, études de médecine. Pratique sportive (natation, arts martiaux). Thèse dirigée par le Pr Rivolier doyen de la faculté de psychologie de Reims. Travail sur les pratiques corporelles et la santé... Repris dans la foulée dans une thèse de Sciences Humaines sur la corporéité. Parallèlement aux études de médecine, pratique de la danse, des techniques somatiques, animation du groupe chorégraphique à l'Université de Reims. Formé à l'approche des chaines musculaires de G. Struyf. Maitre de conférences à la faculté des sports de Reims (1993), chargé de cours en psychologie du sport (Reims), à la licence danse de Paris V, puis à l'Institut de Formation de Psychomotricité de la Pitié Salpétrière (depuis 2000). Démission des fonctions universitaries (1997) pour se consacrer à la formation professionnelle en Danse-Thérapie. Membre fondateur de la Société Française de Danse-Thérapie. Installé comme médecin généraliste depuis 2005 (médecine générale, médecine du sport, thérapie manuelle). Intervient pour enseigner l'anatomie et la lecture du mouvement (fédération taï-chi-chuan fédérations QI Gong), et auprès des psychomotriciens.

Danse-thérapie - Art-thérapie - Corps - Corporéité - Psychomotricité - Étayage - Psychocorporel- Anatomie fonctionnelle

Je me suis lancé dans la danse parallèlement à mes études de médecine... Sur la fin de celles-ci, je me suis inscrit au cursus de danse lié à Paris-IV Sorbonne, ce qui m'a conduit à rencontrer la danse-thérapie. Mon sujet de thèse était trouvé... Puis mon directeur de thèse, le professeur Rivolier, m'a fortement incité à poursuivre un doctorat en sciences humaines, 4 ans pendant lesquels j'ai commencé à travailler en pédopsychiatrie dans le service du Pr Ferrari qui m'a accueilli. J'ai poursuive en pédopsychiatrie à Besançon, diverses institutions m'ont demandé d'intervenir ; j'ai alors fait connaissance avec le monde du handicap lourd et commencé à fréquenter les psychomotriciens avec lesquels je me suis trouvé beaucoup d'affinités. Ils m'ont invité à leurs colloques et sont venus nombreux aux formations que je commençais à organiser. Parallèlement, j'ai poursuivi mon activité de danseur, m'intéressant depuis longtemps aux techniques de conscience du corps. La formation des chaînes musculaires de G. Struyf a été le pivot central autour duquel s'articulent les pratiques corporelles que j'ai croisées : danse, eutonie, Fedenkrais, Mattias Alexander, kinésiologie, yoga, BMC, Ehrenfried... sans oublier les pratiques liées à l'énergétique chinoise qui me passionne (taï chi, chi kong). Les concepts psychomoteurs, très nourris de théorie analytique s'éclairent aussi des chaînes et réciproquement. À cet égard, la rencontre de Françoise Giromini a été déterminante. C'est elle qui m'a poussé pour intervenir à Paris VI au cursus de la Salpêtrière. Ma recherche se porte depuis toujours sur l'étayage entre les structures du corps, du mouvement, l'expressivité et la relation. Elle se développe soit en travail groupal dans les institutions auprès de personnes handicapées, soit en formation, soit en individuel au cabinet médical où je pratique une forme d'ostéopathie énergétique. 

Après deux livres publiés chez Erès, l'un sur l'approche par le mouvement et la danse, l'autre sur la structuration psychocorporelle, je prolonge ce travail par un troisième livre en cours de publication (Erès) qui pose la question de la dialectique entre structure et singularité : un corps à construire, donc un minimum de structures (toniques, posturales, motrices, spatiales, temporelles), pour un maximum d'expressivité, de singularité. Ce travail qui puise dans la clinique autant que dans la théorie interroge la question du psychocorporel. Il mène aussi à constater les limites des concepts d'image du corps et de schéma corporel.

Une cinquantained'articles publiés essentiellement dans la revue Thérapie psychomotrice et recherche.

benoit.lesage@irpecor.com



http://www.irpecor.com

Comme Auteur

À corps
11 mars 2021
14x20.5 528 p. 30 €
L'ailleurs du corps
© 2018 (1ère édition 2006)
16x24 376 p. 29.50 €
L'ailleurs du corps
© 2017 (1ère édition 2012)
16x24 384 p. 29.50 €

Comme Co-Auteur

enfances & PSY
Numéro 33 - Revue trimestrielle
© 2007
18 €
© éditions érès 2021 - Mentions légales - CGV - RGPD

Réalisé par Glukose