Patrick CINGOLANI

photo de Patrick CINGOLANI

Photo HD   

Patrick Cingolani est professeur de sociologie à l’université Paris Diderot et membre du Laboratoire de changement social et politique (LCSP). Il allie aux recherches sur l’histoire de la science sociale et sur les représentations du social (Morale et société, 1995 ; La république, les sociologues et la question politique, 2003) une perspective sociologique tournée vers le travail dans ses relations aux formes alternatives de vie. Il a plus particulièrement interrogé les catégories de travail précaire, précaire et précarité et publié sur ces thèmes : l’Exil du précaire (1986), Révolutions précaires (2014) et récemment La précarité, Que sais-je ? (2017 - 5e édition mise à jour).  Dans Un travail sans limites ? publié aux Editions Eres en 2012, il a réuni quelques-uns et quelques-unes des sociologues aux sensibilités les plus vives sur le travail et ses changements, pour interroger les porosités, les floutages, les zones grises des frontières du travail. On trouvera un prolongement à cette problématisation dans l’article qu’il publie dans l’ouvrage Faire société autrement ? sous la direction de G. Arnaud et de F. Giust-Desprairies (ERES, 2019) puisqu’il y interroge les alternatives et leurs tensions à partir de la catégorie d’ambivalence.

Patrick Cingolani collabore activement à la revue Les Révoltes Logiques à partir de 1981. Après sa thèse sur  les formes de vies précaires en 1983, il devient membre du Groupe d'études sur les représentations du social (GERS) et publie notamment L'exil du précaire - récits de vie en marge du travail, Klincksieck 1986. Maître de conférences de sociologie à l'université Denis Diderot en 1994, il participe à la création de la revue Tumultes dont il a dirigé quelques numéros sur les thèmes de l'intégrisme, de l'étranger et de la trace. Il a été professeur de sociologie à l'université Paris Ouest Nanterre de  2002 à 2012. Il a rejoint depuis cette date l'Université de Paris et le Laboratoire de changement social et politique (LCSP). Il a publié récemment Révolution précaire, La découverte, 2014 et La précarité, Que sais-je ?, PUF 2017 (5e édition).

Travail précaire - Pécaires - Précarité - Sociologie des marginalités et du mouvement des chômeurs et précaires - Sociologie de la multiactivité et des intermittences - Histoire de la sociologie

Patrick Cingolani a suivi ses études de sociologie à l'université René Descartes. À partir de 1981, il collabore activement à la revue Les Révoltes Logiques. Il soutient sa thèse, intitulée « Précarité et idéologisation de la petite délinquance » en 1983, sous la direction de G. Namer, puis travaille avec le Groupe d'études sur les représentations du social (GERS) que dirige alors Jacques Rancière. Maître de conférences de sociologie à l'université Denis Diderot en 1994, il participe à la création de la revue Tumultes dont il a dirigé quelques numéros sur les thèmes de l'intégrisme, de l'étranger et de la trace. Miguel Abensour a dirigé son habilitation. Il est professeur de sociologie à l'université Paris Ouest Nanterre depuis 2002.



Comme Auteur

Clinique du travail
© 2012
11x17 256 p. 15 €

Comme Co-Auteur

Nouvelle revue de psychosociologie
numéro 28 - Revue semestrielle
© 2019
26 €
© éditions érès 2020 - Mentions légales

Réalisé par Glukose