Prévention du SIDA en milieu spécialisé

  "Prévention du SIDA en milieu spécialisé" a été ajouté au panier !

Voir mon panier

Face au sida, l”injonction de prévention en France, “le préservatif à tout prix”, est si générale qu'elle ne s'adresse finalement à personne. La volonté louable de ne pas stigmatiser des “groupes à risques” a malheureusement constitué un obstacle majeur à la mise en place d'une prévention ciblée, bien adaptée aux diverses situations à risques.

Ainsi, victimes d`une logique d'exclusion qui conduit inévitablement à des inégalités d”accès à la prévention, les malades mentaux, les personnes handicapées mentales, refoulés aux marges de la cité, auraient pu être les derniers à bénéficier d”une attention spécifique. Toutes les conditions étaient en effet réunies pour que les institutions spécialisées deviennent des lieux à haut risque de transmission de l'épidémie 1 rupture sociale, univers clos, défenses amoindries, déresponsabilité totale, désinvestissement corporel...

Pour parer à cette logique d”exclusion, des professionnels de santé se sont mobilisés au sein des institutions spécialisées afin de favoriser la prise en charge psychologique et psychiatrique des personnes handicapées ou malades mentales touchées par le VIH et d”impulser une dynamique de prévention de l'épidémie. Des comités sida d'établissement se sont mis en place, créant les conditions d'une fonnation du personnel et d'une information des patients.

ESPAS est une unité interhospitalière de psychiatrie publique qui s'est constituée en 1994 pour potentialiser les initiatives de quatre hôpitaux parisiens dans ce domaine. C'est dans cet esprit qu'ESPAS a réuni ici praticiens, décideurs, responsables d”associations (dont l'UNAPE1, AIDES, CEDEP). Tous s'accordent sur la nécessité d'une ouverture des institutions spécialisées sur un travail en réseau et d”une véritable reconnaissance des patients comme acteurs de leur propre prévention.


A propos des auteurs

Chercheur en psychologie sociale, Tim Greacen est actuellement directeur du laboratoire de recherche du groupe hospitalier universitaire Paris Psychiatrie et Neurosciences. Auteur et éditeur de sept livres et de nombreuses publications sur la psychiatrie, les droits des usagers du système de soins et la promotion de la santé s’adressant tantôt à la communauté scientifique tantôt au grand public ou aux populations spécifiques, il est aussi président du Groupe de réflexion sur la santé mentale de la Conférence régionale de la santé et de l’autonomie (CRSA) d’Ile-de-France et ancien président du réseau européen d’établissements psychiatriques ENTER Mental Health, Son travail de recherche, comme ses activités associatives, porte essentiellement sur l’empowerment des citoyens en matière de santé et plus particulièrement le rétablissement, l’empowerment et l’inclusion sociale des personnes vivant avec un trouble psychique et de leurs proches.

Détails
Parution : 1 janvier 1996
EAN : 9782865864034
13.5x21, 176 pages
Questions sociales
Thème : Travail social & Handicap

Imprimer cette page
Résumé

Victimes d’une logique d’exclusion qui conduit inévitablement à des inégalités d’accès à la prévention, les malades mentaux, les personnes handicapées mentales, refoulés aux marges de la cité, auraient pu être les derniers à bénéficier d’une attention spécifique. Toutes les conditions étaient en effet réunies pour que les institutions spécialisées deviennent des lieux à haut risque de transmission de l’épidémie : rupture sociale, univers clos, défenses amoindries, déresponsabilité totale, désinvestissement corporel… Pour parer à cette logique d’exclusion, des professionnels de santé se sont mobilisés au sein des institutions spécialisées.

  Du même auteur

Questions de psychiatrie
24 octobre 2019
14x22 350 p. 25 €

Nouvelle édition
© Éditions érès 2019 - Mentions légales

Réalisé par Glukose